"Sauver Venise" : l'appel de Vivienne Westwood contre le changement climatique

« Sauver Venise » : c'était le thème du défilé samedi de Vivienne Westwood qui, en pasionaria écologiste, en a profité pour lancer un appel à manifester contre le changement climatique.

Vivienne Westwood - Spring-Summer2016 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

Les autres défilés de ce cinquième jour de Fashion Week parisienne avaient une tonalité nettement moins politique : Elie Saab introduisait une légère touche streetwear dans son vestiaire, Mugler s'inspirait de l'uniforme militaire tandis que Nina Ricci jouait les contrastes de matières.


Vivienne Westwood - Spring-Summer2016 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

Avec son ambiance de Carnaval et de Commedia dell'arte, ses Arlequins et leurs bicornes, ses personnages masqués ou dissimulés sous d'immenses vestes, la collection printemps-été 2016 de Vivienne Westwood était un hommage à la Cité des doges.

Les modèles évoquent la prospérité de Venise et sa richesse culturelle, avec la touche punk caractéristique de la maison, dans ce défilé signé par le mari de la créatrice, Andreas Kronthaler.

« Venise, c'est le plus grand foisonnement artistique en Occident, c'est incroyable ce qui s'y est passé », a commenté Vivienne Westwood. « Mais évidemment, avec le changement climatique, Venise disparaîtra », a-t-elle averti. « Nous sommes les derniers à pouvoir faire quelque chose. Donc je dis, allez manifester, il faut faire quelque chose maintenant ! »

L'ancienne reine du mouvement punk, également militante anti-austérité, a appelé à une « marche populaire pour le climat, la justice et les emplois » le 29 novembre à Londres, et confié avoir quelques espoirs, alors que débute le 30 novembre la Conférence sur le climat (COP 21) à Paris.

« Des choses se passent. Le militantisme porte ses fruits », a-t-elle dit, citant la décision de Shell d'arrêter ses forages controversés en Alaska. La créatrice, qui avait déjà transformé son défilé londonien le 20 septembre en tribune anti-austérité, a aussi cité comme motif d'optimisme un discours du gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney mettant en garde contre les conséquences catastrophiques du changement climatique.

« Je ne suis plus aussi désespérée car je pense que les dirigeants devront se mettre de notre côté », a-t-elle dit. « Nous devons nous intéresser à la culture, a poursuivi Vivienne Westwood. Nous n'aurions probablement pas de changement climatique si la culture remplaçait la consommation ». « Il faut aller dans les musées, regarder les peintures, lire des livres », a-t-elle exhorté.

Mais comment concilier ces engagements écologiques avec la mode ? « Je dis toujours, achetez moins, choisissez bien, faites durer », répond la créatrice.

Elie Saab - Spring-Summer2016 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

Elie Saab : des fleurs, et une petite touche streetwear

Chez Elie Saab, les fleurs, les dentelles et les transparences étaient bien sûr au rendez-vous. Mais aussi, plus inhabituelle, une petite touche streetwear : une robe courte en dentelles s'accompagne ainsi d'un bomber satiné à rayures colorées, un chemisier léger fleuri se porte avec un ensemble veste-pantalon de survêtement blanc.

Le créateur libanais varie les options pour ses clientes : « J'ai voulu présenter une femme qui prend les codes de la maison et se sent libre de les porter, à sa façon », explique le couturier libanais dans un communiqué.

Mugler - Spring-Summer2016 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

La combattante sexy de Mugler

Noir, blanc, marine, kaki : l'uniforme militaire a inspiré le directeur artistique David Koma. Forte et sexy, la femme Mugler porte un pantalon de treillis noir ajusté, avec un haut ajouré aux éclats argentés, ou un blouson d'aviateur sur mini-jupe.

Sur le podium transformé en piste d'atterrissage militaire, la silhouette est structurée, avec des épaulettes, des ceintures, des poches, des boutons, et du cuir bien sûr.

Les oiseaux de nuit de Nina Ricci

Organza, cuir d'autruche verni, plumes: le deuxième défilé de Guillaume Henry chez Nina Ricci est tout en contraste de matières, pour des femmes sensuelles et oiseaux de nuit, portant collants fins et sandales.

Des hauts transparents, à manches extra-longues, se portent avec des pantalons larges ou une mini-jupe. A noter, les robes tabliers qui se déclinent en version peau de vache, noir brillant, ou vert ardoise.

Par Anne-Laure Mondesert

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés