​Twistron : un fil capable de générer de l’électricité

Des chercheurs des universités du Texas et d’Hanyang, en Corée du Sud, ont mis au point un fil dont l’étirement et la torsion génèrent de l’énergie électrique. De quoi permettre l’alimentation des vêtements connectés, dont l’autonomie énergique est actuellement le premier frein de développement.


La torsion du fil Twistron génère de l'énergie électrique. - DR

Le fil, baptisé "Twistron", est conçu à partir de nanotubes en carbone 10 000 fois plus fins qu’un cheveu, et traités aux électrolytes. Les calculs ont démontré que 30 torsions à la seconde du Twistron génèrent quelque 250 watts.

« La récolte d'énergie électrique à partir du mouvement humain est une stratégie pour éliminer le besoin de batteries, explique le docteur Ray Baughman, directeur du Nanotech Institute. Nos fils produisent plus de cent fois plus d'énergie électrique, lorsqu'ils sont étirés, que ne le font les autres fibres tissées génératrices présentées par le monde scientifique ».

« Il y a beaucoup d'intérêt à utiliser l'énergie résiduelle pour alimenter l'Internet des objets, comme par exemple les réseaux de capteurs, relève pour sa part le docteur Na Li, co-auteur de l’étude. Sur la base de la puissance de production moyenne démontrée, 31 milligrammes de fil pourraient à eux seuls fournir l'énergie électrique nécessaire pour transmettre un paquet de données de 2 kilobytes sur un rayon de 100 mètres toutes les 10 secondes ».

La technologie du Twistron a été déposée par le chercheur à l’origine de sa découverte. Une autre application possible d’ores et déjà révélée d’un tissu en Twistron serait de générer de l’énergie en utilisant l’ondulation des vagues de la mer, ou tout simplement les fluctuations de températures.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

TextileInnovations