Adidas : le CDR devrait obtenir feu vert pour aller en cassation contre Tapie

PARIS, 22 oct 2005 (AFP) -Le consortium de réalisation (CDR), organisme chargé d'assumer la gestion passée du Crédit Lyonnais, devrait obtenir la semaine prochaine le feu vert de son organe de tutelle pour se pourvoir en cassation dans l'affaire Adidas, a-t-on appris samedi.


Bernard Tapie en juin 2001 - Photo : Eric Feferberg


Le CDR a été condamné le 30 septembre par la Cour d'appel de Paris à verser 135 millions d'euros aux actionnaires minoritaires et aux liquidateurs du groupe Bernard Tapie, dans le cadre du litige sur la cession du groupe Adidas.

Or, aujourd'hui, "la position du CDR est d'aller en cassation. Il ne reste plus qu'à saisir l'Etablissement public de financement et de restructuration (EPFR, organe de tutelle étatique du CDR)" dont le conseil d'administration devrait se réunir la semaine prochaine, a déclaré à l'AFP l'un des membres du CA, le député Charles de Courson (UMP, Marne).

"Je pense que l'ensemble des administrateurs de l'EPFR (deux parlementaires et trois représentants de l'Etat, ndlr) accepteront de suivre la ligne du CDR", a-t-il souligné, confirmant des informations publiées par Le Monde daté de dimanche-lundi.

"Il y a des bases sérieuses pour un recours en cassation", a poursuivi M. de Courson.

Joint samedi par l'AFP, l'avocat de Bernard Tapie, Maître Maurice Lantourne, a déclaré qu'il ne voulait "pas commenter les intentions du CDR tant qu'elles ne sont pas annoncées officiellement".

Dans l'hypothèse toutefois d'un pourvoi devant la Cour de cassation, qui juge le droit, l'avocat a affirmé que l'arrêt de la Cour d'appel de Paris "est parfaitement motivé et caractérise les fautes de façon indiscutable sur le plan juridique".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

SportPeople
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER