Alors qu'elle change de direction managériale, Maison Margiela propose des créations « décortiquées »

John Galliano a célébré sa dixième collection pour la maison Martin Margiela avec son défilé de prêt-à-porter le plus révélateur dans une brillante présentation de la technique du décortiqué, avec l'actuel et le futur CEO assis au premier rang.
 
L'ouverture de John Galliano avec un trench découpé et recollé selon la technique du décortiqué © PixelFormula - © PixelFormula
 

Son défilé mixait excentricité britannique et élégance gauloise - où des éclairs de plaid écossais flottaient à travers un manteau diaboliquement découpé, utilisant le décortiqué pour développer des motifs en éventail. Parfois, il y avait deux vêtements mêlés en un - telle une veste universitaire noire combinée avec un corsage classique de soie blanche Margiela, ou une veste à motifs pied de poule se transformant en une veste de safari en lézard rouge.

Le créateur né à Gibraltar a également appliqué sa magie sur les accessoires - des bottes classiques Margiela délavées et clouées avec leur arrière entièrement découpé, aux bottes en lézard au talon disloqué, en passant par de superbes sacs à lacets et des chapeaux vraiment absurdes.

On a vu ainsi un sac fourre-tout en plumes d'autruche porté à l'envers sur une tête comme un casque de Beefeater (les gardiens de la Tour de Londres) ou une couronne royale en peau de mouton souple. Pour souligner combien la coupe est radicale, on utilise en français comme en anglais, le mot « décortiqué ».


Tellement franco-anglais : un blazer à motifs pied de poule rencontre une saharienne en peau de serpent - © PixelFormula

« Ce dont je suis le plus fier, c'est la façon dont John développe une mode vraiment nouvelle dans un esprit Margiela. Et pas seulement en reproduisant les idées du passé de Margiela, comme le font certaines autres personnes », a insisté Renzo Rosso, ce que les initiés interpréteront comme une référence claire à Balenciaga, où un ex-élève de Martin Margiela, Demna Gvasalia, a repris l'approche conceptuelle et le sens du volume du créateur belge.
 
Renzo Rosso, qui a acquis Margiela en 2003, a révélé que la maison connaissait une croissance rapide et avait réalisé un chiffre d'affaires de 145 millions d'euros en 2016.

Le défilé était le dernier pour Giovanni Pungetti, CEO sortant, qui partira dans 10 jours pour Shanghai afin de superviser les marques de mode de Renzo Rosso en Chine. Le milliardaire vénitien contrôle également Marni, Viktor & Rolf et la licence mondiale de DSquared2. 


Sac à lacets avec le logo Margiela © PixelFormula - © PixelFormula

« Cela représente 14 excellentes années, cinq avec Martin, six avec une équipe interne et maintenant trois avec John », a déclaré Giovanni Pungetti, aux côtés de son successeur, Riccardo Bellini, un haut dirigeant de Diesel qui a précédemment travaillé pour Procter & Gamble.

En bref, Margiela est une maison en grand mouvement, même si John Galliano reste encore en partie sous une épée de Damoclès - des propos antisémites proférés par le créateur ont conduit à son licenciement de Christian Dior en 2011. Chez ce dernier, John Galliano était connu pour ses backstage élaborés accueillant ses fans (une fois il a même réalisé une tente de voleur de tombeau du Pharaon).

Mercredi, même s'il s'agissait de son dixième défilé pour Margiela, le backstage de John Galliano était fermé à tous les médias pour la dixième fois consécutive.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés