AmorePacific s'ancre en Europe

Surfer sur l’engouement pour la cosmétique coréenne pour s’implanter durablement en Europe et en France, telle est l’ambition d’AmorePacific. Dans un premier temps, c’est sur sa marque phare Sulwhasoo que mise le géant sud-coréen de la beauté pour séduire les clients du Vieux Continent. Élaborée à partir d’ingrédients naturels - autre tendance beauté de fond -, cette marque premium (72 euros un sérum de 60 ml) fait ses premiers pas en France depuis septembre dernier, en exclusivité aux Galeries Lafayette Haussmann à Paris.


Le centième magasin Sulwhasoo en Chine

L’Hexagone, marché très concurrentiel, reste un défi pour AmorePacific, qui y avait connu un échec il y a trente ans avec ses produits Soon et Lirikos, rappelle Reuters. « L'apprentissage d'une culture ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut bien comprendre le fonctionnement d'un marché avant de se lancer (…) Avec les Galeries Lafayette, nous testons l'appétit de la clientèle », explique Thierry Maman, le président d'AmorePacific Europe à l’agence de presse. Cet ex-LVMH indique également viser le million d'euros de chiffre d'affaires cette année sur ce corner parisien.

Sulwhasoo, qui compte plus d’une centaine de boutiques en Chine, génèrerait près d’un milliard d’euros de chiffre d'affaires en Asie. La marque fera donc ses premiers pas sur deux autres marchés matures : l’Angleterre dès cette année, puis l’Allemagne l’année prochaine. Dans un second temps, AmorePacific souhaite aussi lancer en Europe son autre marque, plus accessible, Laneige.

Le groupe, qui réalise un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros en Europe, table sur une croissance des ventes de 20 % en 2018, notamment grâce à la maison de parfums Annick Goutal, acquise en 2011, sur laquelle AmorePacific a réalisé de nouveaux investissements. En revanche, le sud-coréen a perdu en décembre 2016 la licence des parfums Lolita Lempicka, un arrêt qui aura encore un impact négatif sur les ventes européennes.

Sur les neuf premiers mois de son exercice 2017, AmorePacific a enregistré des ventes à 3,983 milliards de wons (3,1 milliards d'euros), en baisse de 8 %. Un recul notamment dû à une diminution de la fréquentation des touristes chinois dans le pays en raison de relations tendues entre la Corée du Sud et la Chine, résultant du déploiement sur son territoire du système anti-missiles américain THAAD (Terminal High-Altitude Area Defense). Dans ce climat de tensions, l’Europe devient ainsi un véritable relais de croissance pour AmorePacific, la Chine restant pour l’instant le premier pays d’export des produits de cosmétiques sud-coréens.

Sarah Ahssen avec Reuters

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

ParfumsCosmétiquesBusiness