Atos Lombardini se relance avec D’avant Garde Tricot

Touchée par une profonde crise financière, la société d’habillement féminin italienne Lombardini a été déclarée en faillite en décembre 2016. Mais elle a pu retrouver un repreneur pour sa marque phare, Atos Lombardini, qui réalisait jusque-là 65 % de son chiffre d’affaires à l’export, notamment en France, Espagne, Russie, Asie et Moyen-Orient via quelque 200 revendeurs et des boutiques monomarques à Moscou et Dubaï.

Un look automne-hiver 2017-18 de la marque italienne - Atos Lombardini

C’est le spécialiste de la maille D’avant Garde Tricot, fondé en 1961 par la famille Tabaroni dans le district textile de Carpi, dans le centre de l’Italie, qui a racheté le label Atos Lombardini en janvier 2017, en lui permettant de poursuivre son activité. L’annonce vient d’être faire par voie de communiqué, sans dévoiler le montant de la transaction.

Actif sur le marché avec sa propre marque, Tabaroni Cashemire, qui est vendue en Europe, Russie et Moyen-Orient, et à travers ses collaborations avec de grandes maisons, dont il est le fournisseur, le fabricant italien D’avant Garde Tricot a gardé le bureau de style d'Atos Lombardini dans son siège d'origine auprès du centre de vente en gros Centergross à Bologne, en y maintenant une quinzaine d’employés et la direction créative de la famille Lombardini afin de préserver la continuité de la marque. La partie commerciale et celle administrative ont été transférées quant à elles à Carpi.

L’objectif est d‘atteindre dès cette année près de 15 millions de chiffre d’affaires. Atos Lombardini en réalisait 25 millions en 2015. « Dans les deux prochaines années, nous souhaitons consolider le marché italien et étendre le nombre de points de vente en Europe, Moyen-Orient et Asie avec des accords de distribution via des corners et shop-in-shop », explique Massimiliano Mantovani, directeur général de D’Avant Garde Tricot.

Fondée en 1986 à Bologne par Atos et Silvana Lombardini, au cœur de la fast fashion made in Italy, Lombardini représentait le typique exemple du savoir-faire transalpin, avec un bon produit au style chic « à l'italienne », proposé à un prix compétitif tout en étant entièrement réalisé dans la péninsule.

La société s’était engagée en 2014 dans un vaste plan d’expansion en ouvrant un showroom à Milan et en multipliant les ouvertures de boutiques, essuyant de plein fouet le recul des ventes en Chine et en Russie, deux des principaux débouchés de sa marque Atos Lombardini, qui va bénéficier désormais de nouveaux investissements pour se relancer.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversIndustrieBusiness