BCBG Max Azria : près de 140 emplois menacés en France

Lyon, 24 juil 2017 (AFP) - Les quelque 140 salariés de la filiale française du groupe américain de prêt-à-porter BCBG Max Azria s'inquiètent d'une possible suppression de leurs emplois, aucune offre ferme de reprise n'ayant été déposée depuis le placement de la société en redressement judiciaire.

Boutique BCBG Max Azria - BCBG Max Azria

« Les administrateurs ont beau faire de la pub, il n'y a pas de financiers. C'est comme sur les cas de Mim, La Halle, Tati... Il n'y a pas de groupes financiers qui veuillent investir de l'argent dans le textile », s'alarme Stéphanie Vénitien, secrétaire du comité d'entreprise et représentante des salariés de la filiale française, basée à Mercurol (Drôme).

BCBG Max Azria France, qui compte 11 magasins, dont des surfaces dans le centre de Paris, et emploie 138 personnes, a été placé en redressement judiciaire le 8 mars par le tribunal de commerce de Romans (Drôme). Ses difficultés sont la conséquence du dépôt de bilan de sa maison-mère américaine.

Le groupe BCBG, fondé en 1989 par le créateur tunisien Max Azria et récemment passé dans les mains de la firme d'investissement Guggenheim Partners, a fait l'objet d'une procédure de type « chapter 11 » (permettant la poursuite de l'activité après un dépôt de bilan) aux Etats-Unis, rappelle Stéphanie Vénitien. L'offre de rachat par les groupes Global Brands et Marquee a récemment été validée par la justice américaine.

« Au début de l'année, nous avons reçu une lettre de notre actionnaire annonçant mettre fin à son soutien financier », explique-t-elle. Selon elle, « il n'y a pas d'offre recevable » pour la filiale française, qui gère également une douzaine de magasins européens. « Une offre sort du lot, celle des dirigeants actuels de la société, qui voudraient créer une nouvelle marque, mais le financement n'est pas là », assure-t-elle.

L'effondrement du groupe américain, qui avait arrêté l'enseigne Manoukian en 2014, a fait disparaître une enseigne qui a pu compter plus d'une centaine de boutique par le passé sur le marché français.

La période d'observation a été prolongée jusqu'au 1er septembre pour permettre l'éventuel dépôt d'une offre ferme de reprise. L'audience de mise en liquidation judiciaire est prévue le 6 septembre.

Avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLuxe - Prêt-à-porterIndustrie