Bally passe sous le contrôle du chinois Shandong Ruyi

Après plusieurs mois de négociations, Bally a trouvé un accord avec Shandong Ruyi. Le géant textile chinois, qui détient notamment le groupe SMCP, la griffe Aquascutum et Invista (Lycra), a pris une participation majoritaire dans la société. L’actuel propriétaire, le groupe allemand JAB Luxury, conservera une part minoritaire du capital.


Collection printemps-été 2018 - Bally

Les détails et le montant de l’opération n’ont pas été dévoilés, si ce n’est que l’actuel équipe de management de la griffe, dont le CEO Frédéric de Narp, vont également investir dans la marque aux côtés de Shandong Ruyi.

Depuis que JAB Luxury, la division luxe du groupe allemand JAB Holding, a vendu Jimmy Choo à l’américain Michael Kors en juillet et Belstaff au groupe britannique Ineos en octobre, les spéculations allaient bon train autour de Bally, la somme de 600 millions d’euros étant le plus souvent évoquée.

Cet accord intervient après « une croissance forte et continue pour Bally portée par toutes les régions, notamment l'Asie », souligne la marque spécialiste des souliers, en précisant que Shandong Ruyi « a l'intention de maintenir l'ADN et l'identité unique de Bally, avec son siège social et son usine principale basée à Caslano, en Suisse ».

« Bally est l'une des plus importantes marques de chaussures de luxe et d'accessoires en maroquinerie avec un héritage remontant à plus d'un siècle. Son histoire et ses produits complètent idéalement notre forte activité dans le prêt-à-porter. C'est une étape importante pour Shandong Ruyi Group afin de permettre à notre entreprise de devenir un leader mondial dans le secteur de l'habillement de mode », commente Yafu Qiu, à la tête de Shandong Ruyi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - ChaussuresLuxe - ChaussuresLuxe - DiversBusiness