Barbara Franchin (ITS): "Les collections sont de plus en plus plates comme les écrans !"

Les nouvelles technologies permettent aux jeunes designers de produire et distribuer plus facilement leur collection. D’un autre côté, le Web est en train d’influencer en profondeur toute la création, comme en témoigne l’impact déterminant de l’image numérique sur des collections qui apparaissent de plus en plus plates.

Tel est le constat dressé pour FashionMag.com par Barbara Franchin, la fondatrice et directrice du concours pour jeunes créateurs International Talent Support (ITS), rencontrée à Milan lors du récent Forum Decoded Fashion Milan.
Barbara Franchin, directrice du concours pour jeunes créateurs de Trieste ITS - dr


FashionMag.com: Quel rôle jouent les nouvelles technologies auprès des jeunes créateurs?

Barbara Franchin:
Le numérique et les innovations technologiques apportent un grand support aux jeunes talents. Grâce à des nouveaux outils, par exemple les nouveaux logiciels, les imprimantes 3D ou autres, les jeunes stylistes ont la possibilité de développer de petites productions. Par ailleurs, le Web les aident beaucoup aussi en ce qui concerne les ventes, en les affranchissant des intermédiaires et en les rendant indépendants dans la distribution. Encore faut-il qu’ils parviennent à avoir de la visibilité sur la toile.


FM: Même si la compétitivité s’est accrue, les jeunes designers ont plus d’opportunités par rapport au passé ?

BF :
Nous assistons à la démocratisation du secteur. Mais il s’agit d’une démocratisation parfois fictive, car, pour se faire remarquer sur le Web, il faut souvent payer pour être bien référencés, tout comme par le passé on payait la presse écrite à travers la publicité.


FM : Quelle est l’influence du Web sur la création?

BF :
Auparavant la recherche s’effectuait dans des archives poussiéreuses, à travers des livres ou des voyages. La recherche à elle seule constituait une expérience ! Aujourd’hui, tout passe par le Web. Les jeunes sont connectés en permanence et bombardés par des milliers d’images. La recherche passe donc à travers le numérique et d’immenses bibliothèques digitales ou les images apparaissent toutes au même niveau sans aucune chronologie.
Contours et dessins dominent les vêtements d'aujourd'hui comme dans cette veste de Patryk Lobos & Monika Lobos (Photo: Trends Report 2014 de ITS)

FM : Quel est le résultat ?

BF:
L’influence du Web est toujours plus profonde et omniprésente. Résultat : les collections sont de plus en plus plates comme les écrans ! Les vêtements, mais aussi les accessoires, n’ont pas de volume ni de mouvement. Tout est plat, car les jeunes sont habitués à cette vision qui passe à travers un écran. C'est ce qui émerge de notre dernier "trends report".

Nous assistons un peu au phénomène d’une mode Instagram. Une création doit être graphique et séduire le regard avant tout. Le seul point d’intérêt de ces vêtements est l’aspect visuel. Seuls dominent donc les imprimés, de préférence géométriques et pixelisés, et les contours pour définir les formes et les silhouettes. Cette approche essentiellement graphique est due aussi au changement de techniques, la plupart des stylistes dessinant sur ordinateur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

TourismeCréation