Bijorhca, les exposants s'émancipent des matériaux traditionnels

Durant quatre jours à la porte de Versailles, le salon Bijorhca a fédéré 370 exposants venus du monde entier pour dévoiler leurs lignes de bijoux. S’affranchissant des codes et des matières de la bijouterie traditionnelle, certains d’entre eux présentaient des créations conçues dans des matières singulières.


Boucles d'oreilles en or végétal signées Guaraniy

A l’image de Guaraniy, cette marque fondée il y a 10 ans par Cassiana Tissot, une Franco-Brésilienne installée en Haute-Savoie, propose des bijoux fabriqués à partir de Capim Dourado, une plante aussi appelée « l’or végétal ». Cultivée dans le nord du Brésil (le Jalapão), cette herbe avec une fleur blanche à longue tige est récoltée de septembre à novembre, lorsque les tiges arrivent à maturité et prennent leur couleur dorée. Une cueillette très réglementée puisque seules les tiges sont prélevées afin de conserver les racines. « Une fois récoltées, les tiges sont ensuite travaillées par les artisans locaux organisés en coopératives », explique Guaraniy, qui propose donc colliers et autres boucles d’oreilles tressés à partir de Capim Dourado.

Déjà présente sur Bijorhca il y a un an, la griffe française Aponi utilise pour sa part de véritables ailes de papillons pour confectionner certaines de ses pièces (environ 49 euros des boucles d’oreilles). Des ailes que la fondatrice, Magalie Maxit, achète dans des fermes de protection régies par la Cites (Convention internationale pour la protection des espèces de faune et de flore menacées d’extinction). Les papillons vivent ainsi leur cycle naturel en liberté puis sont ramassés une fois au sol.


Boucles d'oreilles réalisées à la main avec des pages d'un ancien livre de poche selon une technique de roulage et collage signées Beyond Paper

Fragile comme des ailes de papillon, le papier connaît une seconde vie chez Beyond Paper. Sous les doigts de Patricia Tanase, installée à Lyon, le papier recyclé se mue en pendentif ou boucle d’oreille. Des pièces ensuite protégées par trois types de vernis (non toxiques pour la peau) appliqués en sept à dix couches.


Bracelets en cordes de guitares, Sing a Song

Dans un esprit plus musical, Sing a Song propose des bijoux réalisés en cordes de guitares ou de basses, ou les deux mélangées ! Fondée par Ingrid Allouche, qui a longtemps tenu une boutique multimarque de bijoux à Marseille, Sing a Song propose bagues, colliers (ornés ou non de pendentifs) dans un esprit rock (bracelet en corde de guitare, environ 60 euros).

En 2016, les ventes de bijoux précieux et fantaisie ont atteint en France les 3,46 milliards d’euros. La seule bijouterie fantaisie a bondi de 5 %, pour représenter désormais 50,4 % des ventes totales de bijoux en volume.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - AccessoiresLuxe - AccessoiresJoaillerieSalonsCollection