Brexit : les lignes directrices des négociations adoptées par l'UE

Les dirigeants de l'Union européenne ont adopté vendredi les lignes directrices des négociations sur les futures relations entre l'UE et Londres après le Brexit en mars 2019, a annoncé le président du Conseil européen Donald Tusk.



Dans le même temps, les Vingt-Sept ont proposé à Londres un accord de transition de 21 mois, jusqu'au 31 décembre 2020, afin d'aider les entreprises britanniques à se préparer à la sortie de l'Union européenne.

Cet accord n'entrera cependant en vigueur que si les deux parties s'entendent à la fois sur la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord et sur celle entre l'Espagne et Gibraltar, comme l'a encore souligné vendredi le Premier ministre irlandais Leo Varadkar.

« Rien n'est décidé tant que tout n'est pas décidé », a-t-il dit en ajoutant : « Nous ne sommes pas particulièrement pressés par le temps, nous ne sommes pas ceux qui partons. »

Sous la pression de l'UE et parce qu'il était déterminé à obtenir un accord provisoire sur la transition afin de rassurer les entreprises, le gouvernement britannique a accepté d'inclure une option dite « backstop » qui prévoit le maintien de l'Irlande du Nord dans l'espace économique européen avec une dérogation réglementaire par rapport au reste du Royaume-Uni. Cette option s'appliquera sauf si une meilleure solution était trouvée.

Le texte sur la transition ne sera légalement contraignant qu'une fois que l'accord de retrait fixant les termes du divorce entre Londres et l'UE aura été définitivement agréé et ratifié, ce qui n'interviendra probablement pas avant l'an prochain.

Le calendrier suppose que le bloc communautaire et le Royaume-Uni concluront leurs discussions sur l'accord de retrait, l'accord de transition et le cadre de leurs futures relations pendant l'été afin que les Vingt-Sept les entérinent lors de leur sommet d'octobre prochain. Il faudra ensuite que les textes soient ratifiés par chaque capitale.

Les négociations sur l'avenir des relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne doivent quant à elles débuter le mois prochain.

« Nous avons bien avancé sur l'accord de retrait mais j'attends une nouvelle dynamique lors de la prochaine étape de négociations pour que nous puissions faire en sorte de développer - de travailler ensemble pour développer - un partenariat fort sur l'économie et la sécurité », a dit la Première ministre britannique Theresa May, présente à Bruxelles.

Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, a déclaré de son côté que les négociations sur les futures relations devront « respecter les principes et l'identité de l'UE et de notre marché unique ».

© Thomson Reuters 2018 All rights reserved.

ModeDistribution