Charabia veut développer son offre en licence pour continuer à grandir

Après le Pitti Bimbo qui s’est tenu à Florence du 21 au 23 juin, Charabia continue sa tournée des salons de l’univers de l’enfant et participera au CBME de Shanghai du 25 au 27 juillet et au Children’s Club de New York du 5 au 7 aout. La griffe française de mode enfantine haut de gamme, qui réalise à l’export près de 70 % de son chiffre d’affaires, qu'elle ne communique pas, souhaite notamment structurer sa distribution en Chine où elle n'est pas encore présente, à l'exception de Hong Kong chez Harvey Nichols.


Collection automne-hiver 2018/19 de Charabia - Charabia

Fondée il y a plus de vingt ans par la styliste Lena Henriksson-Barenton (passée par Lanvin, Chantal Thomass...) et son époux le publicitaire Eric Barenton, Charabia revendique aujourd’hui une présence dans près 200 points de vente à travers le monde, dont le Bon Marché, les Galeries Lafayette Haussmann ou encore Barneys à New York. Suite au déménagement de son showroom et de ses bureaux, Charabia a fermé sa boutique parisienne de la rue Madame. « Il a été jugé préférable d’investir dans un nouveau site web, nos corners et des actions à l'export. Pour moi il faut ouvrir dix boutiques avec un vrai projet "retail" derrière. Une seule boutique ou pop-up, c’est bien lorsque l’on est inconnu mais ce n’est pas stratégique pour notre activité actuelle wholesale et notre organisation », précise Eric Barenton.

Et si la marque destinée aux filles de 2 à 16 ans s’est fait une place dans l’univers de la mode enfantine grâce à ses robes créatives (environ 150 à 250 euros) qui constituent 80 % de son offre, Eric Barenton veut élargir ses gammes via des licences ciblées selon les marchés. « Nous pourrions lancer de la puériculture (par laquelle la marques est née en 1992, ndlr) ou une ligne plus casual, notamment pour les Etats-Unis qui sont demandeurs. Cela pour nous permettre d’y accélérer notre distribution ». Ce système de licence permettrait à la marque d'être accompagnée d'un partenaire local et de réduire les coûts inhérents à une extension de gamme.

L’objectif pour la marque indépendante qui compte également une activité de private label en produisant pour d'autres : rester flexible face à la force de frappe des mastodontes de la mode enfantine. Et pour maintenir le cap et continuer à cultiver ses projets, Charabia envisage d'ouvrir son capital. 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresBusiness