Chargeurs lance une marque d'accessoires en laine pour le grand public

Le groupe industriel français Chargeurs étoffe ses activités en lançant Amédée 1851, une marque d’accessoires en laine haut de gamme qui sera disponible à compter du 4 décembre prochain via une boutique en ligne dédiée. Spécialisé dans les métiers industriels de niche, Chargeurs réalise un chiffre d’affaires de 533 millions d’euros grâce à quatre activités : la protection temporaire de surfaces, la plus importante en termes de chiffres d’affaires et la plus rentable du groupe, l'entoilage pour l'habillement, les substrats techniques (textiles anti-ondes…) et la laine peignée, l’étape qui permet à la laine brute d’être cadrée et peignée pour former de larges rubans destinés aux filateurs. Avec Amédée 1851, c’est cette dernière que le groupe ambitionne de valoriser.


Une étole signée Amédée 1851 - DR

« Il y a trois ans, Michael Fribourg est arrivé à la tête du groupe Chargeurs avec l’envie de le redynamiser et de créer de nouveaux business. C’est dans ce cadre qu’en 2017 nous avons lancé le label Organica* qui garantit une laine mérinos de qualité respectueuse du bien-être animal, de l’environnement et responsable socialement. Des critères qui concernent également les fermiers fournisseurs de laine avec lesquels nous travaillons », détaille avec enthousiasme Déborah Berger, la directrice générale adjointe de Chargeurs Luxury Materials (nom de la division peignage de laine de Chargeurs).  

Conçus logiquement en fibres de mérinos labellisées Organica, les foulards, étoles et grandes écharpes signés Amédée 1851 mettent à l’honneur des savoir-faire comme le tissage jacquard, réalisé en Italie, ou le twill, un tissage opéré quant à lui dans la région lyonnaise reconnaissable à ses rayures obliques (de 200 à 450 euros). Amédée 1851 propose également des snoods (écharpes tubes), des bandeaux et des écharpes en jersey de laine. Des produits qui arborent parfois des imprimés très graphiques et dont les prix oscillent entre 50 euros et 110 euros.

Pour son lancement via son e-shop, la marque sera disponible en Europe, en Chine, au Japon et aux Etats-Unis. Les gammes pourraient rapidement s’étoffer car Amédée 1851 teste actuellement des chapeaux en feutre. « Dans un second temps, j’aimerais aller vers la cosmétique avec des produits à base de lanoline (cire obtenue grâce à la partie grasse de la laine, ndlr). En attendant, nous avons développé une identité olfactive pour parfumer nos commandes », indique Déborah Berger.

Quant au nom Amédée 1851, il rend hommage à Amédée Prouvost, cofondateur en 1851 à Roubaix de la société Le Peignage Amédée Prouvost, une activité rachetée dans les années 80 par le groupe Chargeurs.

* dont le protocole est audité par un organisme tiers.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - AccessoiresTextileLuxe - AccessoiresIndustrieBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER