Christopher Bailey quittera Burberry en 2018

Entré dans la célèbre maison de luxe britannique comme directeur du studio en 2001, nommé directeur artistique en 2009, et même PDG en 2014, Christopher Bailey va finalement tourner la page Burberry.


Christopher Bailey - Burberry

Son départ vient d'être annoncé pour 2018 : un véritable changement d'ère pour la maison marquée de son empreinte depuis 17 ans, avec une influence qu'on avait rarement connu pour un créatif, jusqu'à tenir les rênes de la société plusieurs années, avant l'arrivée à ses côtés du directeur général Marco Gobbetti à l'été 2017.

Concrètement, c'est le 31 mars prochain que Christopher Bailey quittera son poste de président et directeur artistique de Burberry, et donc le conseil d'administration. La maison britannique annonce néanmoins une période de transition qui aura cours jusqu'au 31 décembre 2018, durant laquelle il "soutiendra" le nouveau PDG Marco Gobbetti et les équipes.

Sans donner plus de précisions, Christopher Bailey a estimé qu'il "était temps pour lui de se lancer dans de nouveaux projets créatifs", indique le communiqué de Burberry. La griffe annonce qu'elle démarre, elle, le processus de recherche de son futur successeur.

C'est donc une décision personnelle que le créateur a prise, mettant un terme à ce qu'il considère comme "le grand privilège de sa sa carrière". Une longévité, 17 ans donc, et une réussite reconnue de tous, la marque résumant la période à laquelle il a contribué en ces termes : le passage "d'une petite licence d'outerwear" à "l'une des griffes de luxe les plus grandes et les plus admirées du monde". Le créatif a clairement réussi à faire renaître la maison et la rendre de nouveau désirable aux yeux du monde entier pour en faire un des géants du secteur.

Mais les fonctions très élargies de Christopher Bailey de 2014 à 2017 avait tout de même fini par mettre le créateur sous pression. Dans cette période pendant laquelle il était devenu le Pdg de la griffe, les analystes financiers s'étaient fait plus critiques sur la stratégie globale. L'exercice 2016/2017 avait confirmé les faiblesses pointées du doigt à l'époque, puisque le chiffre d'affaires clos le 31 mars dernier présentait un recul des ventes de 2% à taux de change constant, ainsi qu'un repli de 7% du bénéfice net de Burberry, pour un chiffre d'affaires total de 2,8 milliards de livres (3,18 milliards d'euros). Le premier trimestre 2017/2018, clos le 30 juin dernier, s'est avéré mieux orienté, avec une hausse de 3% des ventes à taux de change constant.

Mais la griffe annonçait déjà prévoir un nouveau recul des ventes au second semestre. "Nous sommes satisfaits de nos résultats au premier trimestre, mais nous demeurons conscients du travail qu'il reste à réaliser", commentait alors le nouveau directeur général, Marco Gobbetti, ajoutant : "C'est une période de grands défis pour Burberry et plus largement pour l'industrie du luxe". A ce défi s'en ajoute donc un nouveau pour celui qui sera en 2018 seul maître à bord : trouver celui ou celle qui aura la lourde tâche de succéder à Christopher Bailey.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

LuxeCréation