Condé Nast : un accord avec Farfetch met fin à Style.com

Les rumeurs concernant Style.com, le site de commerce en ligne de Condé Nast, ont été confirmées lorsque le géant des médias a déclaré ce mardi que celui-ci va être immédiatement fermé, un accord ayant été trouvé pour commercialiser son contenu sur Farfetch.com.

Vogue avait créé une sélection d'éditions « achetables » sur Style.com - Style.com

Style.com n'est donc plus accessible, les visiteurs étant d'ores et déjà redirigés vers Farfetch.com. Il s'agit d'une fin brutale pour le site qui avait notamment recruté l'influenceuse Yasmin Sewell et qui a généré près de 100 millions de dollars de vente sur une période de temps relativement courte.

Dans une lettre destinée au personnel, l'entreprise a déclaré que le niveau d'activité avait été bien en-dessous des attentes, tout en mettant en avant les retombées positives de l'accord avec Farfetch ; l'objectif étant bien de tirer profit du succès du modèle d'activité de ce dernier, qui consiste à fournir une marketplace aux boutiques de luxe indépendantes.

Ces boutiques commercialisent les marques de luxe qui apparaissent dans les pages des magazines de Condé Nast, sur ses sites et sur les canaux de médias sociaux, ce qui signifie que les bénéfices d'un tel accord sont multiples.

Et c'est ce sur quoi les deux partenaires se concentrent, sans mentionner l'avenir du personnel de Style.com, ni détailler la transition vers ce nouveau mode d'activité. Toutefois, dans la lettre au personnel, l'entreprise a bien précisé qu'il y aurait des opportunités aussi bien chez Condé Nast que chez Farfetch. Et parmi les personnes qui vont rejoindre l'organisation, il y a Jonathan Newhouse, le président de Condé Nast, qui va rejoindre le conseil d'administration de Farfetch.

Dans le détail, les entreprises ont précisé que le partenariat stratégique devrait permettre de « connecter le portefeuille éditorial mondial de Condé Nast avec le commerce en ligne de Farfetch, sa technologie et sa plateforme logistique, pour créer une expérience harmonieuse de shopping de luxe, [...] en commercialisant les contenus médias sociaux et en ligne reliés en temps réel aux principales marques et boutiques en ligne ».

Ce partenariat sera facilité par une connexion technologique harmonieuse qui permettra une intégration produit facile de Farfetch et du contenu de Condé Nast ; avec des guides de shopping créés par ses publications, mettant en avant les produits de Farfetch ; et la distribution de contenus pouvant être achetés sur les plateformes numériques et sociales. Par ailleurs, les deux partenaires collaboreront sur « la définition et le déploiement de contenus innovants et d'expériences commerciales pour le consommateur d'aujourd'hui ».

Les publications de Condé Nast, y compris Vogue, GQ, Vanity Fair et Allure, ont une audience cumulée de 340 millions de personnes et si nombre d'entre elles connaissent déjà ce réseau de plus de 200 marques et 500 boutiques de luxe, de nombreuses autres ne l'ont pas encore découvert. Il s'agit donc d'une énorme base de clients potentiels.

José Neves, le fondateur et PDG de Farfetch, a déclaré : « Nous pensons depuis longtemps que le contenu source d'inspiration fait partie de l'expérience d'achat dans le secteur du luxe. Ce partenariat global augmentera significativement l'expérience commerciale de nos clients, et nous pensons qu'il s'agit d'une étape naturelle [...] que de connecter ceux qui créent la mode avec ceux qui la suivent et qui développent des contenus. »

Pour sa part, Jonathan Newhouse a mis en avant l'investissement de Condé Nast dans Farfetch – c'était en 2014 – et a qualifié l'accord de « collaboration qui modèlera le secteur ». Pas de commentaires par contre concernant ce qui a mené à l'abandon de la marque Style.com.


Le site Style.com est d'ores et déjà fermé

Malgré un casting de haut niveau, comprenant la directrice de mode Yasmin Sewell, la directrice éditoriale Meissa Dick et la directrice de l'innovation Natalie Varma, le site a déçu le secteur. Lancé avec lenteur, il a été ouvert alors que ses concurrents comme Farfetch, Matchesfashion et Net-A-Porter, avaient déjà capturé des parts de marché significatives. Les géants du luxe traditionnel ont eux aussi investi dans leurs propres sites en ligne, tout comme des chaînes de grands magasins comme Selfridges, Neiman Marcus et Harvey Nichols. Il semblerait que Style.com soit tout simplement arrivé trop tard sur le marché.
 

Traduit par Lionel Tixeire

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - DiversLuxe - DiversDistributionBusiness