Couture : Proenza Schouler ne sera pas au programme

Du 1er au 5 juillet prochains, Paris fera défiler les collections Couture. Une nouvelle édition qui se fera sans les Américains de Proenza Schouler, dont l'arrivée sur le calendrier de la Haute Couture en juillet dernier avait créé l'événement. 

Voir le défilé
Proenza Schouler - Automne-hiver 2018 - Womenswear - Paris - © PixelFormula

Aucune explication n'a pour le moment été donnée à ce retrait, la griffe n'a pas non plus indiqué dans quelle capitale et dans quelle Fashion Week aurait lieu son prochain défilé. Une nouvelle d'autant plus étonnante que le duo de créateurs - Jack McCollough et Lazaro Hernandez - s'était montré particulièrement enthousiaste en juillet 2017 lorsqu'il a défilé à Paris au lieu de New York.

En revanche, il faudra bien compter sur Rodarte, l'autre griffe américaine des sœurs Kate et Laura Mulleavy, qui confirme elle sa présence à Paris après son défilé de juillet dernier, présente aux côtés des membres permanents émérites comme Dior, Chanel, Givenchy, etc, et les autres invités de la Fédération : A.F. Vandervorst, Antonio Grimaldi, Azzaro Couture, Christophe Josse, Georges Hobeika, Guo Pei, Hyun Mi Nielsen, Iris Van Herpen, Maison Rabih Kayrouz, Nouredine Amir, Galia Lahav, Ralph & Russo, RDVK, Ulyana Sergeenko, Xuan, Yuima Nakazato et Zuhair Murad.


Maison Aganovich

Seule maison nouvelle à intégrer le calendrier, la marque Aganovich a été élue membre invité par le Comité de la Chambre Syndicale de la Haute Couture, la marque défilant depuis 2014 pendant la semaine du prêt-à-porter féminin.

Fondée en 2005 par l’écrivain irlandais Brooke Taylor et la créatrice danoise Nana Aganovich, diplômée de la Central Saint Martins School, la maison basée à Paris (après avoir débuté à Londres) prône depuis des années l’élégance pure inspirée des mouvements du futurisme, du constructivisme et du Bauhaus, donnant lieu à des collections déclinées dans une palette de noirs et blancs majoritairement, travaillant sur les volumes et l’asymétrie et les matières nobles : cuir, velours, brocart…

Revendiquant le made in France pour la plupart de ses pièces, la maison Aganovich s’est également récemment aventurée sur le made in America pour sa ligne de tee-shirts « L.A T-shirt project » en collaboration avec Los Angeles Apparel (la nouvelle marque et atelier de production de Dov Charney, le fondateur d'American Apparel). Elle a également lancé l’année dernière son « ethical laboratory » Invisible Acts, une ligne concentrée sur la slow fashion, ainsi que son premier parfum.

Un univers que l’on retrouve depuis quelques années dans une sélection de beaux points de vente créateurs à l’image de Dover Street Market à Londres et Tokyo, mais aussi Joyce à Hong Kong.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés