Couture nomade classieuse et déjantée chez Maison Margiela Artisanal

John Galliano a pris la route avec son dernier défilé couture Artisanal pour Maison Margiela. Mais le voyage est dans la tête plutôt que vers une terre lointaine.

Voir le défilé
Maison Margiela Artisanal - Automne-hiver 2018 - Couture - © PixelFormula

Le concept derrière cette collection intitulée « En mémoire de », c’est l’idée qu’un vêtement peut contenir en lui le souvenir d’un autre. Beaucoup de mannequins portaient de grosses lunettes métalliques comme s'ils défilaient dans un monde virtuel, renforçant cette idée. D’autres avaient des téléphones portables ou des tablettes numériques attachés à la cheville avec des bras en métal ou cousus sur leurs vêtements.

Le défilé, présenté au siège historique de la maison dans le 11e arrondissement, quartier tendance, incarnait brillamment le Glamour Nomade – et le talent de déconstruction de Galliano a rarement été plus séduisant.

« Les volumes, c’est ça qui fait avancer la mode. C’est de ça qu’il s’agit toujours. Je suis couturier, c’est pour ça que je travaille. Et j’ai donc enquêté, exploré et je nous ai fait faire pas mal d’exercice à l’atelier », expliquait le créateur anglais dans un podcast mis à disposition des rédacteurs de mode quelques minutes avant le début du défilé. Ainsi, il a noué des manteaux matelassés en cachemire jaune et noir pour former d’énormes cols noués et fait tenir ensemble des boléros d’inspiration chinoise avec des sangles de pompier en velcro réfléchissant.

Là où autrefois chez Christian Dior, John Galliano utilisait les matériaux les plus nobles, il a mixé ici les tissus délicats et les détritus de la vie urbaine : des soies chinoises matelassées et des manchettes en plastique fluo, des masses de poils de chèvre et de plumes et du néoprène couvert de dessins au pochoir, des polochons français à l’ancienne et des chutes de vieux vêtements de travail. Une silhouette fabuleuse comprenait une veste en cachemire blanc à méga-revers, avec une jupe composée d’un trench matelassé en nylon bleu électrique déstructuré, le tout estampillé NF – la Norme Française qui apparaît sur les matériaux de construction.

La plupart des mannequins avaient tout le crâne enveloppé dans de la mousseline de soie et les cheveux couverts de plastique brillant. Des collants couleur chair étaient enroulés autour de leurs chaussures à plateforme à orteils fendus, tandis qu’elles faisaient le tour de l’espace réaménagé par l’architecte hollandaise Anne Holtrop, avec comme décoration ce qui ressemblait à des matelas géants en papier mâché, éléments précurseurs du réaménagement des boutiques amirales Margiela prévu fin 2018.


Maison Margiela Artisanal - Automne-hiver 2018 - Couture - Photo: PixelFormula

La dernière silhouette proposée par John était exceptionnelle : une masse monumentale de couches de beige composée d’une parka volumineuse, d’un chapeau de brousse fabriqué avec un mini trench, d’un polochon et d’une tablette qui se balançait dans le dos du mannequin. Tout le public a applaudi.

John Galliano n’est jamais venu saluer depuis qu’il a quitté Dior, en partie pour respecter la tradition du fondateur, Martin Margiela, qui a toujours évité les ovations lors de ses défilés, à l’exception du dernier.

La nouvelle collection Galliano a reçu à la fin des applaudissements prolongés. Tous ses invités l’ont acclamé, comme pour s’assurer que le créateur savait à quel point ils avaient admiré ce défilé spectaculaire. Comment dit-on « Genius at work » en français ?

Traduit par Marguerite Capelle

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés