Défilés Femme : les tendances de l’automne/hiver 2018-19

Le questionnement sur la féminité, le pouvoir des femmes et leur image a questionné plus que jamais les créateurs cette saison. Chacun avec sa propre vision a participé au débat engendré par les scandales sur le harcèlement sexuel. En décryptant les collections de prêt-à-porter féminin pour l’automne/hiver 2018-19, c’est une femme en équilibre entre force et douceur, qui transparaît. Sa féminité est clairement assumée et revendiquée, comme l’ont souligné plusieurs designers, mais les codes masculins sont encore très présents dans le vestiaire féminin. Les volumes larges, les multi-strates, les longueurs maxi témoignent d’un besoin d’en imposer autant que de se protéger. Tandis que les couleurs vives, les brillances et les détails excentriques créent comme un appel d’air.

1) Maxi

Bottega Veneta, automne/hiver 2018-19 - © PixelFormula

Si micro-robes et mini-jupes ont encore le vent en poupe, la longueur maxi prend nettement le dessus, avec des manteaux qui tombent jusqu’aux pieds, comme on les a vu un peu partout, en particulier chez Chanel ou Giambattista Valli. Il prend volontiers des allures de peignoir lâche traînant par terre. Il enveloppe avec ses manches extra-longues et ses volumes douillets. Dans le même esprit, les robes fluides et amples, de préférence en satin, dégoulinent le long des jambes venant caresser les chevilles, dans un style un peu bohème, un peu boudoir.

2) Le plaid

Alexander McQueen, automne/hiver 2018-19 - © PixelFormula

Détectée il y a quelques saisons, la couverture s’installe comme l’accessoire indispensable dans une garde-robe toujours plus décomposable. Jeté sur les épaules, le plaid fait office de châle ou de cape (Roksanda, Junko Shimada, Lemaire), voire de poncho comme chez Isabel Marant. Il se transforme en robe, ceinturé à la taille chez Giorgio Armani, ou suspendu à des bretelles chez Beautiful People. Il devient jupe, lorsqu'il est noué à la taille et se porte en bandoulière comme un sac chez Hermès. Chez Gucci et Alexander McQueen, la couverture se prolonge en manteau.

3) Tout en poils et peluches

Prada, automne/hiver 2018-19 - © PixelFormula

Toujours dans ce filon protecteur, les designers ont multiplié les silhouettes gonflées dans un esprit cocooning, rivalisant d’astuces pour remplacer les vraies fourrures. Les tenues à longs fils ébouriffés façon poils de chèvre ou en laine poilues sont omniprésentes : dans des manteaux et pantalons Grizzly via des fils de laine chez Issey Miyake, en fluo dans des petits pulls chez Balenciaga et par le biais de franges en plastique sur des robes chez Prada. Les petits blousons et gilets en peau lainée sont également partout, tout comme les vaporeuses plumes d’autruche, qui bordent poches, cols ou manches tels des plumeaux-manchons (Angel Chen, Carolina Herrera, Dries Van Noten, Anaïs Jourden).
 
4) Multi-strates

Balenciaga, automne/hiver 2018-19 - © PixelFormula

Les superpositions, les vêtements à double, voire à triple couches incarnent à la perfection l’attitude de l’hiver prochain, qui s’annonce rude à en croire les collections de la saison. Cela va dans le sens d'un look personnalisé, qui s’effeuille au gré du climat. Beautiful People empile trois trenchs l’un sur l’autre, Balenciaga plusieurs coupe-vent. D’autres font endosser deux manteaux à leurs mannequins (Issey Miyake, Victoria Beckham, Rochas, Gabriela Hearst). Chez Sacai, les vestes se dédoublent en blousons. Dans cette veine, les doublures des manteaux sortent de leur anonymat pour devenir des pièces à part entière dans des matières et couleurs contrastées. Comme des Garçons va plus loin encore avec des habits millefeuilles.
 
5) Hybride « deux en un »

Off-White, automne/hiver 2018-19 - © PixelFormula

Mélanger les matières est devenu le passe-temps préféré des designers. Mais ils ne se contentent plus d’un insert ou d’un empiècement ici ou là. De même que les habits patchwork semblent les avoir lassés face au jeu plus amusant du « deux en un ». Ont le vent en poupe notamment les vêtements « bimatières » dans les combinaisons les plus folles, tel le manteau pied de poule en haut et en plumes colorés dans le bas de Balenciaga ou, le modèle en laine peignée claire et en tweed à carreaux d’Undercover. Le nec plus ultra, c’est de proposer deux looks pour le prix d’un, dans deux styles bien différents à gauche et à droite (Jour/né, Sacai, Uma Wang, Off-White, Thom Browne, Annakiki).


6) Des couleurs vitaminées

Lucio Vanotti, automne/hiver 2018-19 - © PixelFormula

Rouge coquelicot, rose fuchsia, bleu cyan, vert pomme, fluo, mauve Muppet, jaune d’or, etc. Une énergie pop a traversé les collections avec une kyrielle de robes et ensembles monochromes aux couleurs franches et intenses. Une véritable injection vitaminée pour voir l’avenir avec optimisme ou avec candeur dans un doux retour aux teintes sucrées et acidulées de l'enfance, le rose candy se taillant la part du lion.

7) La maille douillette

Poiret, automne/hiver 2018-19 - © PixelFormula

Les tricots (robes, pantalons, guêtres, bas, manteaux, gilets) ainsi que les pull-overs, de préférence oversize et relâchés, occupent encore une place importante dans la penderie de ces dames. Mais, là encore, ils prennent du volume avec un jeu de torsades et de superpositions. La déclinaison ultra douce en mohair sortant du lot.

8) La robe blazer

Haider Ackermann, automne/hiver 2018-19 - © PixelFormula

Après la robe manteau, c’est au tour de la robe blazer d’émerger dans le vestiaire féminin. Portée à même la peau sur un torse nu, la veste d’homme transformée en robe toute simple est aussi élégante que sensuelle. Haider Ackermann rallonge d’un zeste la veste de smoking qu’il enfile sur des collants colorés, Isabel Marant la resserre à la taille avec une ceinture, Très échancrée enserrée dans un châle contrastée, elle est terriblement sexy chez Jacquemus, Alexander Wang la prive de manches pour la rendre plus sexy encore.

9) Matelassé

Lutz Huelle, automne/hiver 2018-19 - © PixelFormula

Ce tissu, souvent utilisé dans les doublures, sort au grand jour. Il entre dans la garde-robe féminine avec ses multiples connotations équestres, du tapis de cheval à la veste d’équitation, autre filon qui a caractérisé les collections de l’automne/hiver 2018-19. Pour l'hiver prochain, les propositions sont multiples : tailleur pantalon argenté chez Balmain ou version dorée chez Lutz Huelle, long manteau azur chez Nina Ricci ou plus baroque dans des imprimés maison chez Emilio Pucci, jupe chez Derek Lam, chemise chez Albino Teodoro, veste chez Peter Pilotto. On retrouve aussi des inserts de tissu matelassé chez Marine Serre, Aalto ou encore Carven.

10) Pleins feux sur le visage

Calvin Klein, automne/hiver 2018-19 - © PixelFormula

Entre l’instinct de protection et les références religieuses, l’acte de voiler/dissimuler/maquiller le visage a conditionné bon nombres de collections, comme si se protéger de l’extérieur et des regards était devenu vital. La montée en puissance de la cagoule en atteste. On l’a vue à New York interprétée au crochet par Raf Simons chez Calvin Klein, à Milan chez Gucci, à Paris chez Marine Serre, Dior, Lanvin, Martin Margiela, Chanel et Balenciaga. Ailleurs, c’est un foulard (Richard Quinn) ou une voilette (Erdem) qui couvre le visage, quand celui-ci n’est pas directement peint (Rick Owens, Gucci, Moschino) ou pailleté (Giambattista Valli).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés