Denim Première Vision descend dans la rue

​Denim Première Vision s’est offert une rue parisienne ou plutôt un morceau de rues à l’occasion de sa toute dernière édition. Cette Denim Pop Up Street se tient du 14 au 16 novembre entre les numéros 14 et 30 de la rue Vertbois et une portion de la rue Volta. Elle a ainsi fait vivre ces deux rues entre le Marais et la place de la République aux couleurs de la toile indigo.

Jean Jacques Jacket et Kiliwatch - DR
Pour cet événement, le salon a choisi aussi bien des marques (Atelier Tuffery, Kiliwatch, Marithé+François Girbaud x Jeanologia), des créateurs internationaux (Fade Out Label, Afterhomework) et des artistes (Frederico Ferrarini) répartis sur une dizaine d'espaces pour présenter à la fois leur savoir-faire mais aussi leur vision du denim aujourd’hui. L’opportunité aussi de montrer que le denim est loin de se limiter au bon vieux jeans 5 poches.

Ainsi, professionnels et grand public ont pu découvrir aussi bien le travail de tailoring associé au denim de LEBL Studios, griffe du créateur Leon Blok, basée à Amsterdam, que les créations originales de la marque new-yorkaise Ampersand Heart. Si leurs démarches diffèrent, leur motivation comme leur passion ne sont pas sans points communs.

« J’ai eu envie de me concentrer sur le jeans en denim parce que c’est un produit porté par tout le monde, du junkie dans la rue à Barack Obama. Je travaille la toile de denim brute pour que le client puisse vivre avec et la délaver en fonction de sa morphologie et de ses activités. Pour le moment, je ne produis que sur commande et sur-mesure. Je suis à l’opposé du mass market qui produit bien trop par rapport à nos besoins », explique Leon Blok.

Pour Antonio Haslauer, créateur et fondateur de la marque féminine Ampersand Heart, où le denim est roi, le choix de la matière a été dicté par la même évidence. « Regardez autour de vous : tout le monde porte des jeans ! C’est une matière qui parle aux gens. Ceci dit, on vous regarde un peu de travers quand on s’aventure au-delà du jeans 5 poches. Pourtant, il y a tant à faire ! C’est une matière vivante, dynamique. Nous jouons aussi bien sur le relief, les effilés, les broderies, les patchworks que sur les effets de délavage qui relèvent souvent de la surprise pour nous. C’est une recherche sans fin », conclut-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

DenimTextileSalonsEvénements