Des dessins érotiques d'Yves Saint Laurent dévoilés sur France 2 ce lundi

Des dessins érotiques réalisés par Yves Saint Laurent et à la propriété contestée sont dévoilés pour la première fois ce lundi soir dans l'émission Stupéfiant ! de Léa Salamé sur France 2.



Le journaliste Gabriel Garcia, qui a mené l'enquête, a retrouvé la trace de cette collection de 371 dessins,  certains érotiques et pornographiques, conservés dans le coffre-fort d'une banque suisse à Bâle. La propriété de ces oeuvres avait été contestée dans une plainte déposée par Pierre Bergé, ancien compagnon et associé d'Yves Saint Laurent. La plainte de Pierre Bergé, décédé récemment, avait été déposée en 2011 pour « soustraction frauduleuse, recel et tentative d'extorsion ».  La procédure était encore en cours lors du décès du mécène le 8 septembre dernier.

« Ce n'est pas qu'une simple collection, c'est toute son oeuvre », souligne le détenteur actuel, sans titre officiel de propriété qui les a montrées au journaliste. Les dessins ont été exécutés entre 1956 et 1992, affirme Lothar Gallinat dans le reportage. Il a mis en vente six dessins érotiques, signés d'un simple « Yves », il y a un mois à peine, à la Code Art Fair, foire d'art contemporain de Copenhague, au Danemark. 

Ces splendides dessins, d'hommes lascifs, dénudés, muscles saillants, aux phallus en érection, avaient été offerts à la fin des années1980 par le créateur à son chauffeur, devenu son compagnon, Fabrice Thomas, que le journaliste a retrouvé au Canada où il s'est exilé. Le reportage ne dit pas comment Lothar Gallinat a récupéré les dessins.

Invité dans l'émission, Jean-Paul Gaultier, grand admirateur d'Yves Saint Laurent, connaissait l'existence de ces dessins érotiques d'autant qu'il « a confessé en posséder un », selon Jérôme Bermyn, rédacteur en chef de Stupéfiant !.

L'émission sera entièrement consacrée à Yves Saint Laurent avec notamment un reportage sur « Le Maroc d'Yves Saint Laurent » et le témoignage de Betty Catroux, partenaire de ses nuits blanches et qui raconte qu'ils se sont souvent retrouvés en cure de désintoxication. « On avait le même médecin... on n'avait qu'une envie : sortir pour recommencer », s'exclame-t-elle. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2017 AFP-Relaxnews.

Luxe - DiversMédias