Dolce & Gabbana : un cru très Royalty'n'Roll

Aucune marque italienne ne s'est réinventée aussi intelligemment pour l'ère digitale que Dolce & Gabbana, dont les deux derniers défilés étaient en fait le couronnement sur podium des influenceurs internationaux.
 

Dolce & Gabbana - Homme automne-hiver 2018-2019 - PixelFormula

Cette collection automne 2018 était titrée « Kings Angels ». Les créateurs avaient installé une façade de palais royal de pacotille au bout du podium. Le défilé a eu lieu samedi après-midi, ouvert par Christian, le fils de Sean « Diddy » Combs, dans une redingote de cérémonie dorée, avec une médaille, suivi de la superstar d'Internet Cameron Dallas, aux allures d'aristocrate de tous les jours dans son uniforme de parade noir, avec le mot KING brodé doré sur les bras.

Mais le défilé aurait pu s'appeler « Des Cupidons et des Rois » : les angelots et les chérubins occupaient une place importante dans ce défilé tentaculaire - 109 tenues. Les fans de Dolce & Gabbana n'aiment pas la modestie, au contraire, ils cherchent l'attention. On avait l'impression qu'un bon quart des invités du premier rang étaient venus avec leur photographe personnel pour immortaliser leurs moindres mouvements. La collection elle-même était illuminée par des costumes trois-pièces en jacquard cramoisi, des peignoirs raffinés à motifs cachemire, des manteaux fringants en brocart rouge, avec des bandes de fourrure de renard et des vestes de smoking ultra-graphiques, imprimées de motifs fleuris.

Le duo de créateurs avait choisi d'installer cette atmosphère très monarchique avant le défilé, avec une vidéo projetée sur un écran immense, présentant de nombreux influenceurs comme Rafferty Law (fils de Jude) ou Brandon Thomas Lee (fils de Pamela Anderson et de Tommy Lee). Pour être sûr de ne rien oublier, leur nom apparaissait en lettres hautes d'un mètre.
 
Le final du défilé était assuré par le joueur argentin de la Juventus de Turin Paulo Dybala, qui se pavanait avec aplomb. Mais la plus grande star du show était probablement le chanteur Maluma, qui portait un smoking doré pour jouer sa sérénade, au cours d'une interprétation en direct de son tube Felices los 4. Résultat : standing ovation pour le beau gosse colombien.

Un peu plus tard dans la journée de samedi, les deux créateurs ont organisé ce qu'ils appelaient un « Unexpected Show » (un défilé inattendu) à l'intérieur de leur Martini Bar, sur le très central Corso Venezia. Avec les mêmes mannequins, ils ont cette fois présenté leur interprétation du style urbain. Tout ou presque, évidemment, était orné de logos et de motifs typographiques - parfois même avec le mot « King » (roi), écrit sur d'immenses vestes de baseball, des shorts de basketball, des pantalons de jogging... Beaucoup de couleurs pour une allure de rappeur.

Dans le public : un mélange de journalistes triés sur le volet et de clients privés, dont beaucoup de Chinois. Mais la personnalité la plus célèbre du défilé était assise au premier rang : l'acteur Kit Harington. Célèbre pour son rôle de Jon Snow dans la série Game of Thrones, il est aussi l'égérie du dernier parfum de Dolce & Gabbana, baptisé The One, partageant l'affiche avec sa partenaire dans la série Emilia Clarke, qui interprète Daenerys Targaryen.

« J'ai eu une journée chargée. Pendant trois heures ce matin, séance photo pour GQ Italia; puis une après-midi d'interviews; un bain rapide et maintenant j'ai besoin de boire un verre ! » plaisantait Kit Harington avant de se charger - avec générosité - de trois Negronis pour d'autres invités du premier rang.
 
Mais une nouvelle fois, le moment le plus applaudi de la soirée a été quand Maluma, habillé dans une version toute blanche de l'uniforme de l'équipe de baseball des New York Yankees, chargé d'une douzaine de chaînes, est venu saluer avec Domenico Dolce et Stefano Gabbana. Les crooners latinos semblent décidément très appréciés à Milan...

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversDéfilés