États-Unis-Chine : les géants de la distribution interpellent Donald Trump

Des détaillants américains comme Walmart, Target, Best Buy et Macy's ont interpellé directement leur président, Donald Trump, l'appelant à ne pas imposer de droits de douane excessifs aux produits importés de Chine, dans une lettre envoyée à la Maison-Blanche ce lundi.


Xi Jinping et Donald Trump - Reuters

L'administration Trump envisagerait des droits de douane spéciaux à appliquer aux technologies de l'information, aux produits de télécommunication et de consommation courante venus de Chine afin d'obliger Pékin à modifier ses pratiques dans les domaines de la propriété intellectuelle et des pratiques d'investissement. Washington pourrait infliger plus de 60 milliards de dollars (49 milliards d'euros) de droits de douane sur les produits électroniques, l'habillement, les chaussures et les jouets.

« Nous sommes inquiets de l'éventuel impact négatif des mesures correctives prévues par la section 301 du Trade Act sur les familles américaines », s'alarme la lettre. « Appliquer des droits de douane généralisés dans le cadre de la section 301 ne ferait que renforcer cette inégalité et infliger aux familles d'honnêtes travailleurs américains des augmentations de prix sur des produits de consommation courante comme l'habillement, les chaussures, les produits électroniques et les articles pour la maison. »

Cette lettre témoigne de l'affrontement de moins en moins dissimulé entre l'administration Trump et le milieu des affaires au sujet de la politique commerciale des États-Unis. Dimanche, un groupe d'associations commerciales représentant la majorité des grandes entreprises du pays a fait parvenir une lettre à la Maison-Blanche pour exprimer ses inquiétudes à propos des conséquences économiques des nouveaux droits de douane. Parmi ces associations commerciales, la Chambre de commerce des États-Unis, la National Retail Federation et l'Information Technology Industry Council.

Sandy Hill, présidente de la Retail Industry Leaders Association, qui a initié ce courrier, précise que ces tarifs élevés élimineront tous les bénéfices générés par la nouvelle loi fiscale. « Les industriels américains ne crient pas au loup », a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse.

La lettre a également été signée par 24 entreprises : Abercrombie & Fitch Co, American Eagle Outfitters, Big Lots, Chico’s FAS, Inc, Columbia Sportswear, Costco, Dollar Tree, Gap Inc., Haverty's Furniture Co, JCPenney, Jo-Ann Stores LLC, Kohl's Department Stores, Inc, Ikea North America Services, LLC, Levi Strauss and Co, Qurate Retail Group, Sears Holding, The Michaels Companies, VF Corp et Wolverine Worldwide.

La lettre conjure le gouvernement de collaborer avec les entreprises pour trouver une solution. « Tout en poursuivant vos investigations sur les pratiques néfastes en termes de technologie et de propriété intellectuelle, nous vous demandons d'examiner chaque solution éventuelle en fonction de son impact sur les consommateurs », explique la lettre.

Traduit par Paul Kaplan

© Thomson Reuters 2018 All rights reserved.

Mode - DiversArt de vivre - DiversIndustrieBusiness