Fashion Week : Paris est une fête

Parisiens et Parisiennes, préparez-vous à une semaine chargée consacrée au prêt-à-porter féminin : les premiers pas de jeunes talents prometteurs, un calendrier réorganisé et le retour d'une maison française de légende.
 
Voir le défilé
Jacquemus - Printemps-été 2018 - Prêt-à-porter féminin - Paris - © PixelFormula

La semaine durera en fait neuf jours et culminera le 6 mars. 79 défilés et plus de 30 présentations sont prévus. Mais comme toujours dans la mode, secteur en quête perpétuelle de sang neuf, l'attention se portera surtout sur quelques jeunes talents qui feront leurs premiers pas.

Hors catégorie, le relancement de Poiret sous la direction de Yiqing Yin, créatrice d'origine pékinoise, près d'un siècle après le règne du grand Paul Poiret à Paris.
 
S'il a fini sa vie dans la misère, Paul Poiret avait réussi à capter les couleurs et les fantaisies du Paris d'avant la Grande Guerre. C'est lui qui, le premier, a eu l'idée de collaborer avec des artistes - ses collections étaient d'ailleurs infusées de références aux Ballets russes. Paul Poiret avait fait l'objet d'une rétrospective au Costume Institute à New York en 2007, qui avait contribué à redorer sa réputation. Yiqing Yin n'aura pas une tâche facile. Paul Poiret n'était pas surnommé « Le Magnifique » pour rien.
 
L'attention se portera également sur Marine Serre, qui a remporté le dernier Prix LVMH et fera par conséquent son entrée au calendrier officiel de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode, l'instance gouvernante de la mode parisienne. Extrêmement douée, Marine Serre avait aussi été nominée pour deux autres grands prix en France. Son style hybride, cultivé, mêlant les matières avec grâce, en fait une créatrice à surveiller de près.
 
Beautiful People fera aussi son entrée au calendrier officiel. La griffe est dirigée par le Japonais Hidenori Kumakiri, un ancien modéliste de Comme des Garçons, connu pour ses proportions originales et audacieuses. Mais Hong Kong nous envoie aussi un nouveau visage, celui d'Anais Mak, dont la marque, Jourden, propose des créations très particulières, brodées et texturées. Le programme comprend également A.P.C., l'une des marques françaises les plus prospères, qui fait son retour à Paris après avoir défilé régulièrement à New York ces dernières années. FashionNetwork.com a d'ailleurs appris que son responsable du design, Louis Wong, quittera la marque après cet événement
 
D'autres marques émergentes présenteront leurs premiers défilés de prêt-à-porter à Paris : Ralph & Russo, griffe couture d'origine australienne basée à Londres ; Cyclas et Mame, venues du Japon ; les Chinois Dawei Sun et Jarel Zhang, et le Coréen Kim Moohong. Mais le petit nouveau le plus étrange, c'est certainement le label Situationist, dirigé par Irakli Rusadze, qui nous vient de Géorgie. Depuis que son compatriote Demna Gvasalia a atteint le firmament avec le collectif Vetements, le secteur de la mode cherchait avec avidité un nouveau talent venu de la mer Noire.
 
Voir le défilé
Altuzarra - Printemps-été 2018 - Prêt-à-porter féminin - Paris - © PixelFormula

Paris a aussi gagné la fidélité de deux marques américaines en plein essor : Altuzarra et Thom Browne - qui ont toutes les deux clairement profité de la visibilité internationale dont bénéficie la capitale française. Aucune autre Semaine de la mode dans le monde n'attire autant d'acheteurs étrangers et de journalistes que celle de Paris. À vrai dire, le talon d'Achille de New York est probablement son échec à attirer un public vraiment international à ses défilés.
 
La Fédération soutient activement ses jeunes talents, avec son salon et incubateur Designer's Apartment. Cette saison, l'exposition sera organisée au Palais de Tokyo, au bord de la Seine, et présentera 13 marques prometteuses : Afterhomework, Coralie Marabelle, Da/da. Dawei, Kenta Matsushige, Mazarine Paris, Proêmes de Paris, Quoi Alexander, Savoar Fer, Arthur Avellano, Clara Daguin, GNDR et Nïuku.

Tradition récente, le coup d'envoi sera lancé lundi 26 par Simon Porte Jacquemus au Petit Palais. Mais la première grande marque à fouler le podium sera Dior, avec un défilé au Musée Rodin, mardi 27 février après-midi. La maison inaugure également une boutique entièrement consacrée aux lunettes, à deux pas de son siège historique sur l'avenue Montaigne, une première pour une marque de mode.
 
Paris sera toujours une fête, notamment pour ses visiteurs étrangers : le créateur le plus talentueux de Suisse, Albert Kriemler, de la marque Akris, recevra ses invités à l'occasion d'un souper ; quant à Ingie Chalhoub, dont le groupe a récemment signé un contrat avec Farfetch pour le Moyen-Orient, elle a prévu un véritable dîner dansant dans l'emblématique club privé Castel, après son défilé au Shangri-La Hotel. Il est toujours crucial de dénicher le bon emplacement, surtout dans la mode.

Parmi les changements notables sur le calendrier, Chanel a repoussé son défilé au dernier matin du programme - le dernier mardi sera par conséquent extrêmement chargé, avec Miu Miu et Louis Vuitton, ultime grand défilé de la saison automne-hiver 2018. Après quoi, le rideau tombera sur près d'un mois de défilés ininterrompus, confirmant le statut inégalé de Paris sur le terrain de la mode.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilésEvénements
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER