Fashion week: Jason Wu inspiré par Catherine Deneuve

Le créateur Jason Wu était l'un des plus attendus vendredi à la Fashion week de New York et il y a présenté une collection toute en force et séduction, inspirée, a-t-il confié à l'AFP, par l'actrice Catherine Deneuve.

Jason Wu - Fall-Winter2015 - Womenswear - New York - © PixelFormula
Comme dans beaucoup des premiers défilés de cette saison automne-hiver 2015, la fourrure y avait une place de reine, en vastes étoles posées sur une robe sans manches ou un grand manteau de laine, en manteaux finement ceinturés, et vestes maxi-col.

Le créateur de 32 ans, d'origine canadienne et taïwanaise, avait placé sa collection sous le signe de la "séduction et de la force", et certaines de ses robes osaient des transparences noires délicates et sexys.

"Je pense qu'avec cette collection, il y a quelque chose d'animal et de très, très sexy", a-t-il confié à l'AFP après le défilé, dans un loft de Soho baigné par la lumière hivernale.

"Vous pouvez voir des pièces avec des coupes très fortes, celles pour l'extérieur notamment (...) et aussi de la séduction, avec des robes de soie fendues, des robes de dentelle très lingerie". Et avec la fourrure à la fin, cela donne un sentiment sexy, moderne et de séduction", a-t-il ajouté.

"Beaucoup de femmes m'inspirent en tant que designer. Mais il y a un sentiment très Catherine Deneuve dans cette collection, et j'ai le sentiment que c'était une bonne muse pour la saison", a-t-il ajouté.

Sa femme automne-hiver est élégante, minimaliste et ultra féminine, avec quelques rares pantalons et beaucoup de robes à col rond, parfois largement fendues. Pour la première fois, ses mannequins, dont Karlie Kloss, ont les cheveux détachés. Les couleurs sont sobres, gris-bleus, noirs, blancs avec quelques éclats de corail.

Jason Wu, rendu célèbre après avoir habillé Michelle Obama pour le premier bal inaugural de Barack Obama en janvier 2009, ainsi que pour le second en 2013, est le seul à présenter des collections différentes pour deux marques à la Fashion week. En plus de la sienne, il est aussi le directeur artistique d'Hugo Boss, qui défilera mercredi.

Wes Gordon - Fall-Winter2015 - Womenswear - New York - © PixelFormula
A 28 ans, Wes Gordon, était aussi l'un des jeunes talents très attendus vendredi à New York, où il a présenté une collection aux silhouettes minimalistes, un peu années 90 avec une pointe de grunge : grand manteau de laine noir porté sur une jupe en maille ivoire et pull assorti, petit top en vison sur une longue jupe colonne en maille. Les robes de laine descendent parfois jusqu'aux pieds. Noir, gris et ivoire dominent la collection, les jupes sont largement fendues sur les deux cuisses, les robes délicates et fluides, portées sur des bottines lacées plates, s'ornent de motifs fleuris et cristaux Swarovski.

Anna Wintour, la redoutée et inamovible patronne de Vogue USA, avait fait le détour jusqu'aux Milk Studios au sud de Manhattan pour l'occasion, et le designer a été très applaudi après le final.

A l'heure où les défilés new-yorkais se télescopent et coûtent des sommes parois astronomiques, Cynthia Rowley avait elle délaissé les podiums traditionnels, pour une présentation en ligne au rhytme effréné, d'une femme conquérante osant brocards, transparences et imprimés métalliques. Rebecca Taylor a elle aussi déserté les podiums pour une présentation digitale.

Et dans les nouveautés, la Mongolie a fait ses premiers pas à la Fashion Week, avec la designer Bayarmaa Bayarkhuu, née à Oulan Bator, dont le défilé mélangeait princesses guerrières, musique traditionnelle et chanteur techno pop, robes tuniques, luxueux manteaux de fourrure et combinaisons en cachemire aux couleurs vives.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 AFP-Relaxnews.

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER