France : les ventes de bijoux ont résisté en 2016, mais les montres ont chuté

L'horlogerie-bijouterie a marqué le pas en 2016 en France avec des ventes en recul de 2 %, la bonne performance des bijoux en argent étant pénalisée par un marché des montres en nette décrue, selon le comité professionnel Francéclat.

Clio Blue

En 2015, le secteur avait renoué avec une dynamique qui s'était tarie depuis 2012. Mais l'année 2016 s'est bouclée sur un chiffre d'affaires global en baisse (en valeur) de 2 %, à 5,6 milliards d'euros, selon un bilan annuel publié mardi.

Les tendances sont cependant bien différentes pour l'horlogerie et la bijouterie : cette dernière a vu ses ventes se stabiliser, à 3,5 milliards d'euros, notamment grâce à la poursuite de l'engouement pour les bijoux en argent (+5 %).

L'or voit ses ventes continuer de s'éroder, en recul de 1 %, à 2,1 milliards d'euros. La catégorie « or 375 millièmes » (parfois baptisée « l'or du pauvre ») s'est stabilisée à 4,7 millions d'unités vendues, tandis que le 750 millièmes, avec 3,5 millions d'unités vendues, « confirme depuis deux ans avoir stoppé sa chute ».

De son côté, l'horlogerie a vu son chiffre d'affaires baisser de 6 %, à 1,8 milliard d'euros, « avec une accentuation de la courbe au deuxième semestre et une chute de 9 % des ventes », relève Francéclat. Le marché haut de gamme des montres (prix supérieur à 1.000 euros) est le plus affecté, « avec des baisses de plus de 10 % », notamment en raison des nouvelles réglementations anti-corruption en Chine, mais aussi de la baisse des flux touristiques en France à la suite des attentats.

En revanche, le bilan souligne « la bonne tenue » du marché des montres de 100 à 300 euros, en progression de 4 %, « témoin de la capacité des marques à faire preuve de créativité et ce, même dans l'univers très concurrentiel de ce marché depuis l'arrivée des montres connectées en 2015 ».

Pour ce qui concerne la distribution, les commerces spécialisés dans les centres commerciaux ont enregistré une croissance de 2 % en 2016, tandis que les bijoutiers-horlogers en ville ont souffert (-2 %).

Côté production enfin, le chiffre d'affaires de la fabrication française a progressé de 1 %, à 2,1 milliards d'euros, tirée par la bijouterie, la joaillerie et l'orfèvrerie (+2 %) tandis que l'horlogerie affiche un recul de 6 %.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

HorlogerieJoaillerieMode - DiversBusiness