Fraude publicitaire : 50 milliards de dollars de pertes d'ici à 2025

La Fédération mondiale des annonceurs (WFA) et son pendant français, l'Union des annonceurs (UDA), ont appelé mercredi à Paris à renforcer la lutte contre la fraude publicitaire, due notamment aux réseaux de « bots » automatisés qui imitent des clics d'internautes et capturent une partie des dépenses de la pub numérique.

AFP

« Notre hypothèse est que la fraude digitale représente entre 10 % et 30 % (du trafic sur les publicités) et nous pensons que c'est plutôt dans le haut de la fourchette. C'est un enjeu considérable pour les annonceurs », a indiqué Stephan Loerke, responsable de la WFA, au cours d'une rencontre avec des journalistes. « Si rien n'était fait et qu'on reste sur cette tendance, nous pensons qu'en 2025 la fraude publicitaire digitale sera le deuxième revenu des activités criminelles dans le monde après le trafic de drogue », a-t-il averti.

Dans un rapport, la WFA estime à 50 milliards de dollars le montant que pourrait atteindre la fraude publicitaire à cette échéance, selon une hypothèse basse. Dénonçant le « silence assourdissant autour de ce sujet » jusqu'à la parution des premières études il y a un an, Stephan Loerke a estimé que les principaux perdants étaient les annonceurs : les acteurs de l'écosystème de la publicité numérique sont eux rémunérés, que le trafic enregistré sur les publicités soit le fait de vrais internautes ou artificiel.
 
« La fraude digitale est complètement sous-estimée par les institutions, y compris par les polices nationales. Nous avons briefé Europol pour partager ce que nous avions appris sur la fraude. Pour la plupart des pays, c'était tout à fait nouveau », a-t-il expliqué.

La fraude à la publicité numérique peut prendre des formes variées, de fermes à clics au Bangladesh qui emploient des humains pour simuler du trafic sur les publicités, aux réseaux de bots utilisant des logiciels malveillants.

En France, un label de qualité pour la publicité numérique va être mis en place à partir de janvier, le « Digital Ad trust » qui permettra de certifier les sites internet, a indiqué Jean-Luc Chetrit, directeur général de l'UDA.

Ce label vise à lutter contre la fraude, mais aussi à garantir un environnement sécurisé pour les marques appelé « brand safety », une bonne visibilité des publicités, éviter l'encombrement publicitaire, et respecter les règles de recueil des données personnelles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

MédiasBusiness