Georges Kern quitte Richemont pour prendre les rênes de Breitling

La destination de Georges Kern ne sera pas restée inconnue très longtemps. Après que le groupe suisse Richemont a annoncé la démission de son directeur de l'unité horlogerie, numérique et marketing, Breitling confirme, comme l’avait anticipé la presse helvétique, l’arrivée du manager en tant que président-directeur général.


Georges Kern rejoint les rangs de Breitling - DR

« En qualité de PDG et, dans ce contexte, d’actionnaire de Breitling, la mission de Georges Kern consistera à soutenir le développement international de la société et à renforcer la présence digitale et commerciale de la marque, avec pour objectif spécifique une accélération de la croissance sur les importants marchés asiatiques », précise dans un communiqué la griffe connue de tous les aviateurs.

Georges Kern avait pris en avril dernier la tête des activités horlogères de Richemont à l’occasion du profond remaniement effectué par le numéro deux mondial du luxe, touché par la crise de l'horlogerie. Jusque-là, le manager, qui a commencé sa carrière dans le secteur de la grande consommation chez Kraft Foods, avait dirigé IWC Schaffhausen, marque horlogère du groupe helvétique (entre 2000 et 2016), et auparavant la griffe TAG Heuer du groupe LVMH, de 1992 à 2000.

Pour l’instant, aucun successeur n’a été désigné pour le remplacer chez Richemont. Reste à voir si ce départ va impliquer une nouvelle organisation pour le groupe de luxe qui avait entériné en novembre dernier la mise en place d’une direction bicéphale avec, d’un côté, Georges Kern, et de l’autre, Jérôme Lambert, directeur des opérations en charge des services centraux et régionaux et des marques autres que celles de joaillerie et d’horlogerie.

Avec son arrivée chez Breitling, dont il est devenu actionnaire, s’ouvre un nouveau défi pour Georges Kern, appelé à relancer l’historique griffe horlogère de Granges en Suisse, qui célèbre ses 133 ans cette année. Ce rôle semble lui convenir parfaitement, comme en témoigne son travail effectué chez IWC Schaffhausen, maison qu’il a repositionnée en lui redonnant de la visibilité et en la faisant monter en puissance.

Breitling a été vendue en avril 2016 par la famille Schneider, à hauteur de 80 %, au fonds d’investissement britannique CVC Capital Partners pour 850 millions de francs suisses, la famille propriétaire gardant une part minoritaire de 20 %.

Le vice-président de Breitling, Jean-Paul Girardin, qui devait progressivement reprendre la direction de la maison horlogère, conservera son poste actuel.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

HorlogerieLuxe - DiversNominations