Google : les revenus issus de la publicité bondissent

Le 25 juillet 2017. (AFP) - Alphabet, la maison mère de Google, a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes mais plombés par l'amende infligée en juin par l'Union européenne pour abus de position dominante.

Les revenus de la publicité grandissent grâce au mobile et YouTube - AFP/Archives / LOIC VENANCE

Le groupe avait déjà prévenu qu'il devrait faire apparaître l'amende européenne dans ses résultats du deuxième trimestre. Il doit la payer même s'il prévoit de faire appel de cette pénalité.

Du coup, le bénéfice net s'est inscrit en forte baisse, à 3,52 milliards de dollars sur cette période, selon les chiffres publiés lundi. Mais le bénéfice par action, référence aux Etats-Unis, ressort à 5,01 dollars contre 4,83 dollars attendus par les marchés.

Sans tenir compte de l'amende, le bénéfice net est en forte hausse à 6,26 milliards (contre 4,9 milliards à la même période l'an dernier), soit 8,9 dollars par action, là aussi meilleur qu'attendu. Le chiffre d'affaires a atteint 26 milliards de dollars, soit une croissance de 21 % par rapport au deuxième trimestre de 2016.

La filiale Google, qui apporte l'essentiel des revenus d'Alphabet, a enregistré un bénéfice d'exploitation de 7,8 milliards de dollars, contre près de 7 milliards au deuxième trimestre 2016, et un chiffre d'affaires de 25,8 milliards de dollars, en hausse de 21 % sur un an.

Le groupe s'est félicité des sommes engrangées par Google dans la publicité, en particulier « grâce aux résultats excellents dans la recherche sur mobile et une solide contribution de YouTube », a indiqué la directrice financière du groupe, Ruth Porat, lors d'une conférence téléphonique.

Les « clics » sur des publicités, qui génèrent pour Google d'importants bénéfices, ont progressé de 52 % sur un an mais le coût moyen d'un clic pour un publicitaire a baissé de 23 %.

En revanche, le groupe a enregistré une hausse de certaines dépenses, en particulier la part des recettes publicitaires qu'il reverse à ses partenaires (TAC) qui s'est élevée à 5,1 milliards de dollars, soit plus d'un milliard de plus qu'un an plus tôt et davantage qu'attendu par les analystes. Le groupe a aussi évoqué les dépenses liées aux « data centers » ou les « achats de contenus » par YouTube.

YouTube « a désormais 1,5 milliard d'utilisateurs mensuels » et ils le regardent « en moyenne 60 minutes par jour sur leurs téléphones et tablettes », a souligné le PDG de Google, Sundar Pichai, qui vient de rejoindre le conseil d'administration d'Alphabet. « Notre prochain grand pari, c'est le Google Cloud », les services en ligne dématérialisés, qui continue de croître, a-t-il ajouté.

Enfin, les ventes de matériel (Google Home, téléphones...) sont « encourageantes », a-t-il dit, sans donner de chiffres.

Les paris futuristes d'Alphabet (investissements dans la santé, les voitures autonomes, internet par montgolfières…) ont généré un chiffre d'affaires de 248 millions (contre 185 l'an dernier) mais enregistré une perte opérationnelle de 772 millions, un peu réduite par rapport à l'an dernier (855 millions).

Le 27 juin, Bruxelles a infligé une amende record à Google pour abus de position dominante, d'un montant de 2,42 milliards d'euros (environ 2,7 milliards de dollars), ce qui pulvérisait le record précédent. Dans un cas d'abus de position dominante, l'amende la plus importante jamais prononcée par la Commission européenne s'élevait jusqu'alors à 1,06 milliard d'euros, contre le géant américain des puces informatiques Intel, en 2009.

L'exécutif européen, gardien de la concurrence dans l'UE, accuse Google d'avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne pour favoriser son comparateur de prix « Google Shopping ». Dans quasiment tous les pays européens, le moteur de recherche Google détient une part de marché supérieure à 90 %.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

MédiasBusiness