Gouvernement Macron : quels nouveaux ministres pour la filière mode ?

Disparu, le secrétariat d’Etat au Commerce. Après quatre ministres délégués et secrétaires d’Etat en cinq ans sous François Hollande, le portefeuille disparait dans celui de l’Economie, confié à Bruno Le Maire.

Ce dernier sera ainsi en charge des Finances, de l'Industrie, des Services, de la Fiscalité et du Commerce. A noter que, comme ce fut le cas depuis 2014 sous l’impulsion de Laurent Fabius, le Commerce extérieur n’est pas rattaché à Bercy mais au Quai d’Orsay, et donc au ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian.


Bruno Le Maire (économie - commerce), Jean-Yves Le Drian (affaires étrangères - commerce extérieur), Mounir Mahjoubi (numérique), Richard Ferrand (cohésion des territoires) et Françoise Nyssen (culture) - DR

Dans ce gouvernement resserré, reste donc à savoir qui, au sein des cabinets, seront les interlocuteurs des professionnels du commerce. Contacté, même le ministère de l’Economie renvoie en à la matière la future publication des cabinets au Journal officiel, sans pouvoir cependant indiquer quand celle-ci interviendra.

Parmi les grands sujets qui attendent Bruno Le Maire dans le domaine du commerce, figure notamment l’ouverture du dimanche. La "Loi Macron" avait abouti à la création des Zones touristiques internationales permettant aux commerces d’ouvrir sur la journée dominicale, à la condition qu’un accord d’entreprise, de groupe ou de branche soit trouvé avec les représentants du personnel.

Un autre sujet va en outre revenir cycliquement sur le devant de la scène : les dates de soldes. La Fédération nationale de l’habillement (FNH) et la Fédération française du prêt-à-porter féminin (FFPAPF) militent depuis plusieurs saisons pour une remise à plat des dates et règles de ces périodes, jugées trop précoces, et donc préjudiciables à l’activité des saisons en cours. A cela s’ajoute la durée des soldes, que la précédente mandature avait portée sans concertation à six semaines, dans un contexte de suppression des « soldes flottants » instaurées sous Nicolas Sarkozy.

Un autre challenge devra être relevé en coordination avec le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand : la désertification commerciale des centres-villes. Sujet sur lequel a maintes fois alerté la Fédération du commerce spécialisé Procos, qui dévoilait en février dernier une enquête montrant que le taux de vacance commercial dans les villes françaises était passé de 7,2 % en 2012 à près de 10 % en 2015.

A noter que le secrétaire d’Etat au Numérique Mounir Mahjoubi, précédemment placé sous la tutelle de Bercy, sera désormais directement rattaché au Premier ministre Edouard Philippe. Là encore, le commerce sera porteur de nombreuses questions délicates, notamment sur l’écart d’imposition entre acteurs français de la vente en ligne et concurrents fiscalement installés à l’étranger. Mounir Mahjoubi devra en outre s’attaquer à la construction d’un marché européen unique pour la vente en ligne, dossier suivi de près par la Fédération française du e-commerce (Fevad) et la confédération E-commerce Europe.

Enfin, sur le plan de la création et de l’art, c’est désormais Françoise Nyssen qui tiendra les rennes du ministère de la Culture. Ce changement intervient quelques semaines après que son prédécesseur, Audrey Azoulay, a officialisé la création d’une fonds dédié à la mode au Centre national des arts plastiques. Reste à savoir si la nouvelle ministre saura, entre autres, tirer parti du rapport acide sur la filière remis par Lyne Cohen-Solal en 2015, et qui a notamment abouti au premier Forum de la Mode en décembre dernier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - ChaussuresSportDenimLingerieBalnèaireLunettesMariageTextileLuxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresLuxe - ChaussuresHorlogerieJoaillerieParfumsCosmétiquesEsthétismeBien-êtreCoiffureDécorationArt de la tableHôtellerieRestaurationTourismeIndustrieNominations