H&M : la famille Persson nie vouloir racheter le reste des actions du groupe

La famille Persson, propriétaire de 45 % du capital du géant suédois du prêt-à-porter Hennes et Mauritz (H&M), a démenti jeudi des rumeurs selon lesquelles elle comptait racheter la part restante du groupe en Bourse aux actionnaires, plombant l'action.


L'action H&M vacille après des rumeurs de rachat infirmées - Archivo

L'action H&M avait pris près de 10 % à la Bourse de Stockholm depuis le 8 juin, portée par « des rumeurs sans aucun fondement », selon Joakim Bornold, économiste de la banque d'investissement Nordnet. Jeudi, elle a perdu plus de 5 % en séance. Peu avant la clôture, elle cédait encore 2,4 % dans un marché en hausse de 1 %.

Depuis le début de l'année, la famille Persson a racheté quelque 53 millions d'actions H&M - soit 5 % des actions du groupe - via sa holding Ramsbury, déclenchant les spéculations de rachat.

Lundi, cette rumeur s'était renforcée après que Stefan Persson, président du conseil d'administration, a vendu une partie de ses actions détenues dans la société Hexagon à travers Ramsbury, pour deux milliards de couronnes (197 millions d'euros).

Une vente visant à alimenter le rachat d'actions H&M par la famille Persson ? « Rien ne soutient ces rumeurs », a-t-il balayé jeudi d'un revers de main, cité par le site Internet suédois d'informations Breakit. Joakim Bornold juge, lui, « improbable » ce rachat. « La famille Persson n'a pas les moyens financiers (...) et a donc besoin d'un partenaire pour que tout fonctionne bien », a ajouté l'économiste.

Propriété de la famille Persson, coté à la Bourse de Stockholm depuis 1974, H&M est aujourd'hui à la peine pour endiguer la baisse de la fréquentation de ses magasins et réagir énergiquement en développant son catalogue en ligne.

Le groupe a mal négocié le virage du commerce en ligne et le paye cash. H&M peine à dessiner une stratégie qui lui permette de rivaliser avec les entreprises véritablement numériques, jugent certains analystes. L'action a perdu près de 30 % depuis juin 2017.

Son bénéfice net a baissé de 13% sur son exercice décalé 2016/2017 (décembre 2016-novembre 2017) par rapport à 2015/2016, à 16,2 milliards de couronnes (1,6 milliard d'euros), et son chiffre d'affaires a enregistré une modeste hausse de 4 %, à 231 milliards. Il est loin derrière son rival, le géant textile espagnol Inditex, propriétaire de Zara, qui a publié un bénéfice net en hausse de 7 % pour son exercice décalé 2017.

Les résultats H&M pour le deuxième trimestre 2018 seront présentés le 28 juin.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - ChaussuresMode - DiversBusiness