Inde : le luxe importé appelé à être de plus en plus taxé

Le nouveau budget indien a de quoi faire grincer des dents les marques internationales qui voyaient en l’Inde et son économie en plein essor une nouvelle manne financière. En effet, si ce budget se veut favorable aux agriculteurs, pour sa classe moyenne naissante, de plus en plus attirée par les produits de luxe, des Ray-Ban à l’iPhone en passant par les montres connectées, les biens importés devraient en revanche coûter de plus en plus cher.


Le site Shoppers Stp prévoit d'augmenter les prix de ses produits de beauté de10 à 15 % - Shoppers Stop- Facebook

Le nouveau budget présenté par le ministre indien des Finances, Arun Jaitley, prévoit de revoir fortement à la hausse les droits de douane sur les produits importés tels que les briquets, parfums, cosmétiques, montres, lunettes de soleil, jouets et consoles de jeux vidéo importés. L'augmentation apparaît également significative pour les chaussures, les bijoux fantaisie, les téléphones portables, les écrans de télévision ou encore les véhicules automobiles.

À court terme, cette décision pourrait avoir un impact sur la demande des consommateurs indiens pour les produits de multinationales comme Apple, Fitbit, Zippo, ou encore Coty, qui distribue les parfums et les cosmétiques de marques comme Burberry, Calvin Klein ou Gucci.

Si l'année dernière a été marquée par le boom du secteur de la beauté en Inde, en particulier en ligne, certains craignent que les taux d'imposition plus élevés du nouveau budget du gouvernement mettent un frein à cette croissance.
 
De nombreux produits de beauté seront touchés par ces nouveaux tarifs, notamment les parfums, les teintures capillaires et les produits de manucure et de pédicure ou encore les écrans solaires. Les droits d'importation sur les produits susmentionnés seront doublés et passeront ainsi à 20 %, ce qui ne fait pas les affaires de marques internationales comme Estée Lauder, Bobbi Brown, Sephora et Kiko Milano.
 
Les sites de commerce en ligne de beauté tels que Nykaa et Purplle, en plein essor, vendent une grande partie de produits importés. Leur réaction à ce nouveau budget sera donc importante pour la croissance future du secteur. La plateforme multimarque Shoppers Stop a pour sa part déjà déclaré qu'elle devait ajuster ses prix en fonction du nouveau budget. « Une grande partie des ventes de produits tels que les parfums haut de gamme, les lunettes et les cosmétiques se trouvent dans le segment premium, qui sont tous importés », a déclaré le directeur général de la société, Govind Shrikhande.
 
Shoppers Stop augmentera ses prix dans la beauté d'environ 10 à 15 %, « en particulier ceux de qualité supérieure ». La principale interrogation est de savoir si cette augmentation des prix incitera les consommateurs à acheter moins, et donc son impact sur l'industrie de la beauté.

Du point de vue gouvernemental, ces propositions budgétaires entendent consolider l'initiative phare du premier ministre Narendra Modi, baptisée "Make in India" ("Fabriquer en Inde"). Au moment de son accession au pouvoir en 2014, il avait promis de transformer l'Inde en acteur industriel majeur, pour rivaliser avec son voisin chinois, et de créer des emplois pour des millions d'Indiens. Mais ses programmes "Make in India" et "Digital India" sont encore loin d'honorer cette ambitieuse promesse.

Isabelle Crossley avec Reuters
 

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

LuxeIndustrieBusiness