JB Martin : les candidats au rachat doivent déposer leur offre avant le 8 septembre

Placé en redressement judiciaire le 28 juin dernier, le chausseur JB Martin est à la recherche d’un repreneur pour sauver son activité. Un court délai avait dans un premier temps été fixé, les potentiels acquéreurs devant déposer leur dossier de reprise avant le 21 juillet dernier. Cette date de dépôt limite a finalement été repoussée au 8 septembre, nous a précisé l’administrateur judiciaire, afin d’attirer des candidats solides.


Modèle du printemps-été 2017 - JB Martin

En revanche, aucune date d’audience pour l’examen des offres n’a encore été fixée par le tribunal de commerce de Paris, en charge du dossier. 268 emplois sont menacés si aucune solution de relance n’est identifiée. En 2009, 70 licenciements avaient déjà eu lieu lors de la fermeture de son site historique de production à Fougères.

Le chausseur français divise son activité en deux entités : d’un côté la marque JB Martin, qui englobe la partie wholesale (la griffe étant présente en multimarques et grands magasins), et JB Martin Diffusion, supervisant le retail, soit 24 boutiques en propre et 11 magasins d’usine. Le groupe assure également la gestion de licences de chaussures pour les marques Kenzo et Christian Pellet notamment.


La marque a fêté ses 95 ans en 2016. - JB Martin

Malgré une stratégie de redynamisation enclenchée depuis quelques années, incluant une montée en gamme et un focus sur l’international, ces efforts n’ont pas suffisamment porté leurs fruits. Fondée en 1921 par Jean-Baptiste Martin, la société détenue depuis 1986 par le fonds d'investissement Alter Finance a généré en 2016 un chiffre d’affaires de 49 millions d’euros, alors qu’elle avait enregistré des ventes à hauteur de 54,5 millions d’euros en 2014, selon l’appel d’offres diffusé. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - ChaussuresBusiness