JD : l’enseigne de sport britannique se renforce en Europe

Via son enseigne phare JD, le groupe JD Sports affiche un visage offensif en Europe. Le distributeur britannique d’articles de sport et de mode sportswear a ouvert une cinquantaine de magasins sur le Vieux Continent (hors Royaume-Uni) sur l’exercice 2016. Cette année, JD a récemment passé le cap des 200 magasins à l’enseigne en Europe, en dehors de son marché domestique.


JD s'offre davantage de grandes surfaces. - JD

L'enseigne procède notamment en acquérant des chaînes de points de vente : en mars, JD Sports a ainsi racheté les actifs commerciaux des enseignes en faillite Aktiesport et Perry Sport aux Pays-Bas, alors qu’en 2016, elle avait mis la main sur le réseau The Athlete’s Foot du Portugal, ajoutant 12 nouvelles unités à son escarcelle.

En France, JD cherche aussi à agrandir son parc, qui devrait compter une soixantaine de magasins à fin 2017, en ciblant de potentielles acquisitions. L’entreprise s’était positionnée pour racheter Bata et Mim plus récemment, sans succès.

D'ici fin 2018, JD va s'installer sur de nouveaux marchés : Finlande, Norvège, République Tchèque et Slovaquie sont dans les cartons. JD entend implanter en Europe de plus en plus de flagships, à l’instar de ceux qu’elle déploie sur son marché domestique. Et arrive sur les rues principales après avoir démarré dans les centres commerciaux.

Elle a ainsi ouvert des grandes surfaces à Bruxelles, rue Neuve, sur 1 800 mètres carrés en octobre 2016, et surtout en novembre dernier à Cologne en Allemagne - où il dispose d’une quarantaine de magasins -, avec un navire amiral qui s’étend sur 3 000 mètres carrés.


Le segment textile tire la croissance du groupe britannique. - @jdsportsofficial

Des points de vente plus étendus lui permettant d’accueillir une offre textile enrichie. « C’est notre réelle force, puisque le segment vêtement est en croissance alors que la basket stagne, ce qui n’était pas le cas il y a cinq ans », expose Olivier Benon, responsable du développement retail de l’enseigne en Europe. Depuis deux ans, JD a ainsi rentré de nouvelles marques sportswear et prêt-à-porter comme Ralph Lauren, Hugo Boss et Superdry, et se diversifie vers l’outdoor avec l’arrivée des labels The North Face et Patagonia. 

En incluant les autres enseignes du groupe que sont notamment Size ?, Chausport ou Sprinter, JD Sports a généré des ventes en hausse de 31 % à 2,378 milliards de livres en 2016 (2,783 milliards d'euros). Son résultat d'exploitation avant impôts et éléments exceptionnels a augmenté de 56 %. Le groupe devra toutefois surmonter les obstacles du Brexit et de la baisse de la livre pour assurer sa croissance future.

Enfin, alors que JD croît en Europe, l’enseigne s’est ouverte au grand export il y a un an et demi, s’installant en Malaisie à Kuala Lumpur via une joint-venture. Elle explore cette année un nouveau continent en ciblant l’Australie : en avril dernier, un premier magasin JD a ouvert ses portes à Melbourne via le rachat d’une chaîne de 32 magasins. Le distributeur britannique regarde dorénavant vers le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et l’Indonésie. Avec un message à faire passer : JD Sports est devenu un groupe mondial.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

SportDistribution