L’ANDAM consacre Y/Project et son directeur artistique Glenn Martens

Dans une salle comble du ministère de la Culture et sa superbe terrasse avec vue sur les colonnes de Buren s’ouvrait vendredi 30 juin la nouvelle édition du prix de l’ANDAM.


Aux côtés de Nathalie Dufour et Francesca Bellettini, le vainqueur Glenn Martens

Après Wanda Nylon et sa créatrice Johanna Senyk sacrée en 2016, le jury et ses 25 membres – Francesca Bellettini, PDG d’Yves Saint Laurent, Guillaume de Seynes, directeur général de la maison Hermès, ou encore Pascal Morand, président de la Fédération de la haute couture et de la mode – sacraient le Belge Glenn Martens, à la tête du label Y/Project.

Emballant son assemblée et même au-delà lors de son défilé la semaine dernière à Paris, Glenn Martens, à la tête du label depuis 2013, remporte une dotation de 280 000 euros, le parrainage de la maison Yves Saint Laurent et de Francesca Bellettini pendant une durée d’un an et 10 000 euros de cristaux Swarovski. « Ce prix est un cadeau, il est évidemment important pour la somme qu’il représente, mais va nous aider surtout à stabiliser notre marque », expliquait, aux anges, Glenn Martens.

« Le travail que représente Y/Project est immense, d’abord parce que la marque travaille sur une large diversité de produits, demandant de nombreux savoir-faire, nous travaillons la couture comme le sportswear et étoffer notre équipe – nous collaborons pour le moment à quatre sur quatre collections par an -, devrait professionnaliser davantage les choses. »

Formé d’abord à l’architecture d’intérieur à Bruges, puis diplômé de l’Académie Royale d’Anvers, Glenn Martens, qui fut finaliste du prix LVMH l’année dernière, rejoint  à 34 ans le cercle des prestigieux lauréats de l’ANDAM, Alexandre Mattiussi, Anthony Vaccarello et Martin Margiela s’y étant illustrés avant lui.

Défendant une mode de caractère, inspirée d’histoire, d’architecture, de romantisme noir souvent, comme des références street et sportswear 90 dans lesquelles il grandit, s’amusant des volumes comme des formes – voir ses vestes multi-manches et bottes en denim baggy extra lors de son dernier défilé –, Glenn Martens devrait, à coup sûr, marquer encore les esprits dans les saisons à venir, « l'essentiel étant de s’amuser, quitte à toujours compliquer les tâches, je ne sais pas comment faire un tee-shirt basic, cela ne m’intéresse pas » dit-il.

A l’unanimité, le jury et ses 25 membres confessait la qualité du garçon dans une compétition particulièrement relevée. « Il possède le talent, la créativité et la passion qui lui permettront de contribuer à l’avenir de la mode », résumait Francesca Bellettini, et « sa vision globale de la mode, qui va de la couture aux accessoires et pièces plus commerciales, fait de lui quelqu’un de remarquable », soulignait Nathalie Dufour, la créatrice du concours.

L'ANDAM décernait aussi le prix du label créatif au label Avoc, composé de Laura Do et Bastien Laurent, la créatrice Ana Khouri remportant le prix de l’accessoire, la start-up Euveka, spécialiste des mannequins robotisés, le premier prix de l’Innovation décerné par l’ANDAM.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterCréationInnovations