L’Oréal conclut un premier semestre 2018 nuancé

Sur les six premiers mois de son exercice 2018, L’Oréal publie un chiffre d’affaires à données comparables en hausse de 6,6 % à 13,39 milliards d’euros. Une croissance qui surpasse celle du marché mondial de la beauté que le groupe estime à environ 5 %. Le poids lourd de la beauté voit en effet les ventes de sa division luxe s’envoler de 13,5 % à 4,39 milliards d’euros, portées notamment par Lancôme, qui serait la marque de beauté prestige numéro 1 en Chine, mais aussi Yves Saint Laurent, Giorgio Armani et Kiehl’s. Boostée par une appétence accrue de la clientèle mondiale pour le soin, la division Cosmétique Active (Vichy, Laroche-Posay…) affiche quant à elle une croissance de 11,4% à 1,23 milliard d’euros. Acquise par L’Oréal en janvier 2017, la marque de dermo-cosmétique Cerave devient pour sa part une contributrice significative à la croissance de la division grâce à une belle performance sur son marché d'origine, les États-Unis, et au démarrage de son internationalisation dans 25 pays.


L'Oréal publie un chiffre d’affaires à données comparables en hausse de 6,6 % à 13,39 milliards d’euros sur son premier semestre - DR

Côté digital, L’Oréal voit ses ventes e-commerce progresser de 36,4 % sur ce semestre pour représenter désormais  9,5 % de ses ventes totales. Sur la période, le géant mondial de la beauté a d’ailleurs lancé sur la plateforme de ventes en ligne T-Mall les marques Yves Saint Laurent et Giorgio Armani. L’Oréal réalise à présent 20 % des ventes de sa division luxe en Chine. Enfin, le groupe affiche une croissance de 22 % dans la région Asie Pacifique, qui enregistre sur le premier semestre un chiffre d’affaires de 3,54 milliards d’euros.

Les résultats de L’Oréal restent cependant contrastés et toutes les régions et les divisions n’affichent pas de telles croissances. Ainsi en Europe de L’Ouest, les ventes s’affaissent de 0,8 % à 4,12 milliards d’euros. La région est pénalisée « par un ralentissement du marché au Royaume-Uni et par la persistance de difficultés en France », souligne-t-on du côté de L’Oréal qui ne publie pas ses résultats par pays. Dans la zone, la "cosmétique active" et la division luxe gagnent des parts de marché, alors que la catégorie "produits grand public" enregistre une légère érosion de sa part de marché en soin de la peau, restant cependant leader sur le maquillage. 

Au niveau mondial, la division des produits professionnels (Kérastase, Redken…) signe une croissance modeste de 1,6 % à 1,63 milliard d’euros. La division des produits grand public est pour sa part chahutée, affichant une progression de 2,5 % à données comparables, et un recul de 4,0 % à données publiées, à 6,13 millions d’euros. Un résultat mitigé qui s’inscrit dans un contexte global de montée en gamme du marché de la beauté.

En effet, si le marché mondial de la beauté prestige signe une croissance d’environ 11 % sur le premier semestre, celle du mass-market enregistre sur la période une croissance de 4 %. « La division continue à rencontrer des difficultés en France sur un marché négatif, ainsi qu'au Brésil, et connaît un tassement au Royaume-Uni », précise L’Oréal. La marque L’Oréal Paris s’affiche quant à elle toujours comme la marque de beauté numéro un au monde.
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

BeautéBusiness