LVMH confiant pour 2013 malgré des ventes inférieures aux attentes au troisième trimestre

PARIS, 15 oct 2013 (AFP) - Le numéro un mondial du luxe LVMH a marqué le pas au troisième trimestre, avec des ventes nettement inférieures aux attentes, mais reste "confiant" pour l'année 2013 malgré un "environnement économique incertain en Europe".
Bernard Arnault. Photo AFP.

Le chiffre d'affaires du troisième trimestre s'est établi à 7,02 milliards d'euros, en hausse de 1,74%, ce qui est environ 3% en dessous des attentes et constitue un ralentissement par rapport au deuxième précédent (+5,7% en données publiées).

Les analystes interrogés par Bloomberg tablaient sur des ventes trimestrielles comprises entre 7,2 et 7,3 milliards d'euros, soit une hausse d'au moins 4%.

Sur neuf mois, le chiffre d'affaires de LVMH a progressé de 4% à 20,7 milliards d'euros (contre +22% sur les neuf premiers mois de l'année 2012), et de 8% en croissance organique (à périmètre comparable), a indiqué LVMH, qui détient notamment Louis Vuitton, Céline, Givenchy, les champagnes Moët et Chandon et Dom Pérignon, le joaillier Bulgari et les parfums Guerlain et Dior, mais aussi les montres Tag Heuer et Hublot.

Cette croissance organique de 8% est "décevante", selon les analystes de HSBC, qui soulignent par ailleurs "les excellents chiffres publiés par Burberry" le même jour.

Elle est certes meilleure que les +6% du troisième trimestre 2012 -- la plus faible hausse pour LVMH en 2012.

Mais c'est moins qu'au deuxième trimestre 2013 (+9%) et moins que 10 ou 11% attendus en moyenne par les analystes pour la période juillet-août-septembre. Ceux de HSBC tablaient sur 11%, estimant notamment que la base de comparaison en Asie était favorable.

L'écart de plus de six points entre croissance organique et croissance publiée s'explique par l'effet défavorable de la dépréciation du yen qui pèse en Asie et dans une moindre mesure de celle du dollar, soulignait-on mardi dans l'entourage de LVMH.

Au troisième trimestre, "les vins et spiritueux accélèrent leur rythme de progression par rapport au premier semestre; les autres groupes d'activités connaissent des tendances comparables à celles observées sur le début de l'année. L'Europe fait toujours preuve d'une bonne résistance; les Etats-Unis et l'Asie continuent d'enregistrer de fortes progressions", selon LVMH, qui n'a pas détaillé ses chiffres trimestriels. Une conférence téléphonique était prévue mercredi matin.

Selon une note d'analyse de HSBC, les ventes de Mode et maroquinerie, avec la marque phare Louis Vuitton, affichent une progression de seulement 2% à périmètre constant soit "bien en dessous des attentes, malgré une base de comparaison plus favorable" et malgré des "listes d'attente" pour les nouveaux sacs en cuir de Vuitton.

Sur le trimestre, en terme de croissance organique, les parfums (+2%) et les montres et la joaillerie (+5%) ont eux aussi progressé moins qu'attendu par le marché, relève HSBC. La division Vins et Spiritueux (+9%) a elle fait mieux qu'escompté. Quant à la distribution sélective (Sephora et DFS), elle reste en forte progression (+19%).

Sur neuf mois, le chiffre d'affaires de la Mode et maroquinerie, principale division du groupe, est en recul de 1% à 7,14 milliards d'euros, mais progresse de 4% à structure et taux de change comparables.

De janvier à fin septembre, les ventes de la distribution sélective, le deuxième pilier du groupe qui inclut la chaîne de parfumerie Sephora et les Duty Free Shops (DFS), sont elles en plein boom, affichant une progression de 16% à 6,3 milliards d'euros (+19% en croissance organique). C'est la seule division à afficher une croissance à deux chiffres.

Le chiffre d'affaires de la branche Vins et spiritueux est en hausse de 3% à 2,8 milliards d'euros sur neuf mois (+7% organique). Le champagne a connu rebond au troisième trimestre, porté par l'Asie et l'Amérique.

Les ventes de parfums et cosmétiques affichent, elles, une progression de 2% à 2,7 milliards d'euros (+5% organique).

Les ventes de montres et de joaillerie reculent de 2% à 1,98 milliards d'euros, mais sont en hausse de 3% à périmètre comparable.

Au premier semestre, LVMH avait cumulé des ventes de 13,7 milliards d'euros, avec une accélération au deuxième trimestre. La croissance organique a ainsi été de 7% au premier trimestre, 9% au deuxième, 8% au troisième.

ak/cb/lth

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - DiversBusiness