La Conférence des écoles supérieures de mode (Cesum) voit le jour

« Nous devons faire de Paris, la capitale mondiale de la formation aux métiers de la mode » : en ouverture du deuxième Forum de la Mode, qui se tenait à Bercy, Bruno Le Maire, hôte des lieux, a livré une des ambitions pour le secteur.

Lyne Cohen-Solal annonçant le lancement de la Cesum - FNW

Le ministre de l’Economie et des finances a souligné que le secteur emploie quelque 800 000 personnes, réalise environ 150 milliards d’euros de chiffre d’affaires et exporte pour 33 milliards d’euros. « Paris, c’est la mode. Et la capitale doit avoir les meilleurs instituts de formation » a-t-il lancé. A ce titre, Bruno Le Maire a souligné l’importance du rapprochement entre l’IFM et l’école de la chambre syndicale de la couture, qui, selon lui, doit, dans les cinq ans, permettre à la nouvelle entité de rivaliser en termes de notoriété avec les écoles les plus reconnues au niveau international. Un beau challenge à relever. Mais au-delà du nouvel attelage dont les premiers cours débuteront à la rentrée 2019, c’est tout l’univers de la formation qui est en mutation. Ainsi a été annoncée à l’occasion du Forum la création de la Conférence des écoles supérieures de la mode, la Cesum.

Celle-ci réunit les écoles du secteur, dont l’IFM et l’école de la chambre syndicale de la couture, mais aussi l’Ensad, l’école Duperré, Esmod et La Fabrique. « C’est la concrétisation de ce que nous avons évoqué lors du premier Forum de la mode, l’an dernier, a expliqué Lyne Cohen-Solal à l’auditoire composé de professionnels du secteur. Nous avons beaucoup travaillé, échangé, confronté des idées. Les statuts de la Cesum sont en cours de dépôt et la direction en constitution. C’est un ambitieux travail qui a pour objet de mettre en réseau ces écoles de mode, mais aussi demain des écoles d’ingénieurs. »

Ce rassemblement réunissant « l’intelligence de la main et l’intelligence académique » doit permettre aux écoles de parler d’une seule voix, en particulier pour la reconnaissance des formations sur des niveaux LMD, qui apparaît encore compliquée aujourd’hui. Un point important pour attirer des talents internationaux et exploiter l’aura toujours grandissante de la Fashion Week parisienne. Les prochaines étapes pourraient être la création de chaires et d’écoles doctorales. Couplé aux développements des incubateurs, d’aucuns rêvent d’un véritable Campus Mode à Paris.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - DiversEvénements