La Halle maintient et modernisera ses deux sites logistiques français

Alors que plusieurs voix en interne craignaient la fermeture de l’un des deux sites, voire l’externalisation complète de la logistique de « la Halle unifiée » (aux vêtements et aux chaussures), son propriétaire, le groupe Vivarte, précise aujourd'hui qu’il va conserver et rénover les deux plateformes situées à Châteauroux et Issoudun. A plusieurs reprises, syndicats et salariés s’étaient mobilisés depuis 2017 afin d’alerter sur leur avenir.


La signature commune La Halle depuis 2013 - FashionNetwork/Matthieu Guinebault

Lors d'une présentation au personnel, La Halle atteste que ce plan de modernisation sera « sans conséquence sur l’emploi des 546 salariés des deux sites ». Les travaux doivent commencer en 2020 à Issoudun, avec un agrandissement de 24 000 mètres carrés, et s’achever en 2021. L’objectif ? Accélérer la digitalisation et l’internationalisation de l'activité.

Car l’enseigne nourrit des ambitions pour les années à venir : elle espère voir ses commandes croître de 30 % d’ici 2023, surtout grâce au e-commerce. Alors que ses dépôts expédient aujourd'hui vers le réseau et les clients de l’e-shop 80 millions de pièces, ce sont environ 107 millions de pièces qui sont anticipées à horizon cinq ans. Et ce en proposant des délais de livraison réduits. La chaîne, qui totalise 871 magasins dans l’Hexagone, table aussi sur un développement à l’étranger, qui sera soutenu par ces plateformes hexagonales, notamment en Afrique et en Europe de l’Est.

Un accord de méthode a en outre été signé ce mois-ci par les organisations syndicales et la direction de La Halle au sujet du calendrier de la fusion des deux Halle. Plusieurs réunions de négociation sont prévues d’ici novembre 2018, notamment en ce qui concerne le nouveau statut collectif des salariés de la Halle unifiée. La fusion définitive est programmée pour le 1er janvier 2019.

Rappelons qu’en 2017, un plan social d'ampleur a touché La Halle, occasionnant la fermeture de 135 magasins et la suppression de 450 postes. Avec ses 930 millions de chiffre d’affaires annuel, l’enseigne pèse pour plus de la moitié des ventes du groupe Vivarte et d’autant plus depuis que celui-ci a enchaîné les cessions, vendant tour à tour Kookaï, Naf Naf, André et Besson Chaussures.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - ChaussuresDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER