La vente en ligne de contrefaçons a coûté 25,6 milliards d’euros aux marques de luxe en 2017

Le rapport mondial de la contrefaçon de marques pour 2018 (Global Brand Counterfeiting Report 2018) a été publié lundi et révèle un problème croissant dans le secteur du luxe. Les ventes en ligne de contrefaçons ont en effet représenté 31 % du manque à gagner lié au commerce de produits d’imitation en 2017.


Christian Louboutin fait partie des nombreuses marques citées dans le rapport - Instagram: @louboutinworld

La contrefaçon a privé le secteur du luxe d’un manque à gagner de 82,84 milliards d’euros en 2018, tandis que la vente en ligne de contrefaçons représente désormais à elle seule 25,61 milliards d’euros.
 
Pour le marché du luxe, le rapport se concentre sur la contrefaçon de textile, de chaussures, de cosmétiques, de sacs à main et d’horlogerie. L’étude complète comprend en revanche une large palette de secteurs, allant de la défense à l’équipement de la personne et se concentre particulièrement sur les marchés au pouvoir d’achat très élevé : la France, l’Allemagne, Hong Kong, la Chine, l’Italie, le Japon, Singapour, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis.
 
Tous secteurs confondus, les pertes totales liées à la contrefaçon en 2017 sont estimées aux alentours de 1 000 milliards d’euros et devraient atteindre les 1 500 milliards d’ici 2020, alors que la vente en ligne de contrefaçons aurait généré environ 273 milliards d’euros de pertes l’année passée.
 
« Le développement de l’économie mondiale et des technologies a eu des effets positifs sur de nombreux marchés dans le monde, mais cause aussi des effets pervers », commente le rapport. « Les entreprises dépensent énormément d’argent, de temps et de ressources dans la protection de leurs marques et de leur propriété intellectuelle. Mais malgré toutes ces mesures, le marché de la contrefaçon est en pleine expansion. »

Le rapport mondial de la contrefaçon de marques 2018 conçu par le cabinet d'études R Strategic Global examine aussi la relation entre contrefaçon et réseaux sociaux, ainsi que la future menace potentielle représentée par l’impression 3D.

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresLuxe - ChaussuresHorlogerieLuxe - DiversCosmétiquesIndustrieBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER