Lanvin propose sa version contemporaine du costume

Pour l’automne-hiver 2018-19, Lanvin homme a proposé dimanche une collection inventive, renouvelant avec énergie le vestiaire masculin, qui ne manquera pas de séduire la clientèle tactile et globe-trotteuse d’aujourd’hui. Pour mettre en valeur ses vêtements hybrides, le directeur artistique, Lucas Ossendrijver, a choisi un décor à mi-chemin entre nature et technologie, faisant défiler ses mannequins dans une forêt de spots et projecteurs lumineux hérissés sur de longues tiges métalliques.

Voir le défilé
Lanvin - Automne Hiver - Paris - © PixelFormula

« Tout est très facile et très portable », souligne le créateur qui, pour construire sa collection, est parti « de la pièce la moins aimée chez l’homme en ce moment, à savoir le costume ». Décomposé, découpé, disséqué, le classique costume est fondu dans des pièces très sportswear ou redéfini par toutes sortes de nouveaux détails.

Les tissus masculins par excellence, tels que les tweeds ou les typiques flanelles en laine à carreaux, sont omniprésents, mais mélangés à des nylons et autres tissus techniques, ou utilisés dans des pièces sportives ou insolites, comme cette cape à capuche totalement ouverte sur les côtés, dotées de sangles et rivets.

Une grosse poche poitrine se greffe sur une veste classique. Manteaux et parkas sont également équipés de poches de tous types et tailles, fort pratiques, qu'elles soient passepoilées, appliquées, zippées, ou extérieures avec rabat, tout comme les pantalons, qui bénéficient d’une poche latérale supplémentaire sur la jambe droite pour glisser le smartphone.

Le gilet sans manches, qui prend souvent des allures de gilet pare-balles dans sa version doudoune ou fermée latéralement, se taille la part du lion dans cette garde-robe ultra-confortable. Il est parfois revisité dans un tissu anglais de banquier ou proposé dans une version multi-poches pour chasseur. Il est aussi décliné de manière très classique sur le devant, comme le gilet du costume trois pièces, tout en se retrouvant remanié par un système de sangles dans le dos.

Les chandails se portent asymétriques chez Lanvin - FahionNetwork.com ph DM

Les pull-overs asymétriques, comme tirés un peu vers un côté plutôt que l’autre, et les cardigans qui se boutonnent en diagonale donnent à l’ensemble une touche d’imperfection imperceptible.

« A l’image du costume, qui est un peu un camouflage pour se fondre dans la masse et dans une fonction, j’ai voulu façonner une silhouette un peu floue, mais ouverte », nous explique Lucas Ossendrijver. La doublure noire du col d’une parka-gilet beige s’ouvre et sert ainsi de cadre au vêtement. Ailleurs, le créateur a repris cette idée de camouflage dans des imprimés de feuillage.

Tout est pensé avec précision et justesse, avec des pièces extrêmement travaillées, y compris de manière artisanale, comme ce sweater en shearling peint à la main.

Quant au sort de la griffe de luxe, détenue par la milliardaire taïwanaise Shaw-Lan Wang, qui se trouve en situation financière critique, il ne semble pas préoccuper Lucas Ossendrijver outre mesure. « Je suis très positif sur l’avenir de la maison. Je n’ai rien à dire de plus », lâche-t-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER