Les Galeries Lafayette voudraient basculer 22 magasins sous franchise

Un projet de conversion en franchise de 22 magasins Galeries Lafayette en province employant plus de 900 salariés, soit près de la moitié du parc, a été annoncé aux représentants du personnel à l'occasion d'un comité central d'entreprise, selon les syndicats. 

LUDOVIC MARIN / AFP

Ces magasins, qui resteraient sous enseigne Galeries Lafayette, font partie de l'entité MGL, qui regroupe les 53 magasins en France, hormis le vaisseau amiral du boulevard Haussmann. Trois repreneurs sont sur les rangs, selon ces sources. Contactée par FashionNetwork, la direction des Galeries Lafayette n'a fait aucun commentaire.

Les points de vente concernés sont situés dans des villes de taille moyenne, qui connaissent pour la plupart un ralentissement côté ventes d’habillement. Il s’agirait des unités implantées à Agen, Amiens, Angoulême, Beauvais, Bayonne, Belfort, Besançon, Caen, Cannes, Chalon-sur-Saône, Chambéry, Dax, La Roche-Sur-Yon, La Rochelle, Libourne, Lorient, Montauban, Niort, Rouen, Saintes, Tarbes et Toulon.

Pour tenter de redynamiser ces magasins, le groupe pourrait donc souhaiter laisser la main à des acteurs locaux, plus à même d’impulser un nouvelle dynamique en tenant compte du contexte régional. Deux options seraient envisagées par les Galeries Lafayette : proposer l’affiliation en conservant les murs, et/ou céder les locaux/baux tout en imposant la franchise. Cinq magasins Galeries Lafayette sont déjà pilotés par des affiliés : c’est par exemple le cas à Béziers, où la gestion du grand magasin avait été confiée en 2015 à un distributeur de mode local.

Ce projet "à très court terme", qui pourrait être finalisé avant la mi-2018, avait déjà été évoqué auparavant, selon une source syndicale contactée par l’AFP, mais il portait alors sur un périmètre de 16 magasins et les noms des villes concernées n'avaient pas été donnés.

Depuis 2014, les Galeries Lafayette ont engagé un processus de réinvention de son parc dans l’Hexagone. L’enseigne s’est ouverte à l’outlet, a fermé trois magasins non rentables en 2015 à Thiais (Belle Epine), Béziers et Lille, et a inauguré à Carré Sénart en octobre dernier un point de vente présentant une nouvelle approche. Le groupe focalise aussi ses investissements sur son navire amiral d’Haussmann, qui génère un chiffre d’affaires annuel d’environ 1,3 milliard d’euros (soit presque autant que le reste du réseau hexagonal), et débutera en 2018 une phase de rénovation devant se terminer en 2020.

Les Galeries Lafayette se concentrent également sur leur développement à l'international (Dubaï, Casablanca, Pékin, Jakarta, Istanbul, Beyrouth...), y déployant justement ce format de franchise. L'enseigne a annoncé récemment l'ouverture en 2019 d'un deuxième point de vente à Istanbul et d'un magasin à Koweït City (en franchise), alors qu'un magasin doit ouvrir en 2018 à Doha. "On déshabille Pierre pour habiller Paul", a commenté une des sources syndicales, en mettant en parallèle les projets de l'enseigne à l'étranger et en France.

Le groupe Galeries Lafayette, qui se compose aussi du BHV Marais et d'autres enseignes (Guérin Joaillerie, Louis Pion...), a généré en 2016 un chiffre d'affaires de 3,8 milliards d'euros.

(Marion Deslandes avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversDistribution