Levi's et Google commercialisent leur veste connectée

San Francisco, 25 sept 2017 (AFP) - Levi's commercialise cette semaine sa première veste en jean connectée.  Conçue avec le géant technologique Google, celle-ci permet de commander des objets à distance, comme un smartphone, via les fils du tissu.

La veste Commuter Trucker Jacket de Levi's imaginée avec Google - Levi's

Grâce à un tissu sensible au toucher, il est ainsi possible par exemple rejeter un appel téléphonique en tapotant sur un petit bouton placé sur sa manche, comme le montre un spot diffusé sur Internet, mettant en scène un jeune homme circulant à vélo dans les rues de San Francisco (ouest des Etats-Unis).

« Quand la veste détecte votre geste, le bouton envoie un signal sans fil à votre mobile » via le tissu lui-même, explique Levi's dans un communiqué. Cette technologie, « littéralement cousue dans la veste, vous permet d'accéder à votre musique, votre (système de) navigation ou vos communications », poursuit la marque.

La veste permet aux cyclistes, marché visé par ce produit vendu 350 dollars (environ 300 euros), de « ne pas quitter la route des yeux », fait valoir Levi's, marque incontournable du marché du denim qui sortit le premier blue jeans en 1873. La marque opte pour une distribution ultra sélective, hors de son réseau en propre, pour ce lancement avec dans un premier temps une mise en vente chez Fred Segal à Santa Monica en Californie, Kinfolk à Brooklyn et Concepts à Boston. Elle sera ensuite disponible progressivement à partir de mercredi dans différents magasins dela marque aux Etats-Unis et sur le site internet de Levi's.

En 2015, Google avait annoncé qu'il travaillait à la fabrication de vêtements connectés, une ambition baptisée « Projet Jacquard », du nom de l'inventeur français d'un célèbre métier à tisser. Ces « textiles interactifs » sont réalisés en mêlant des fils conducteurs aux matériaux habituels des vêtements lors du tissage, et ce sur l'intégralité de l'habit ou seulement sur une partie. Les fils peuvent être visibles ou invisibles, selon le choix esthétique du designer.

Les fils conducteurs sont reliés à des petits circuits électroniques, pas plus gros qu'un bouton de veste, dont les algorithmes permettent de différencier une tape ou un balayage du doigt, expliquait Google à l'époque. Selon le cabinet Gartner, malgré des débuts difficiles, le marché des « wearables » (objets connectés à porter sur soi : montres, casques, vêtements...) va progresser en 2017 pour atteindre 30,5 milliards de dollars dans le monde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

DenimInnovationsCollection