London Fashion Week : Ralph & Russo, la couleur de l'argent

Ralph & Russo – deux Australiens installés à Londres – sont en train de bâtir une griffe de mode au sens traditionnel du terme, proposant une attitude tout à fait vieille école, de pied en cap.

Ralph & Russo - Printemps-été 2018 - Prêt-à-porter féminin- Londres - Shop2gether

Après une dizaine d'années passées à développer une solide entreprise de haute couture, avec des défilés au calendrier officiel de la Fashion Week parisienne, Tamara Ralph et Michael Russo ont lancé vendredi soir leur toute première collection de prêt-à-porter féminin. L'événement avait lieu dans le grand hall du marché Old Billingsgate, un impressionnant bâtiment de brique situé sur les rives de la Tamise et rénové en 1982 par Richard Rogers. Un site prestigieux, avec au sud The Shard, le gratte-ciel géant, à l'est le Tower Bridge illuminé, et la City de Londres au nord. C'est aussi un endroit qui incarne l'énergie et l'extraordinaire richesse de Londres. Le Brexit ne semble pas du tout les inquiéter.

Le choix du lieu était bien pensé : une spectaculaire halle commerciale située aux pieds d'un centre d'affaires géant, puisque la clientèle des collections couture de Ralph & Russo se compose des femmes et compagnes des propriétaires de biens immobiliers, des gestionnaires de fonds spéculatifs, des aristocrates du Golfe et des milliardaires à l'ancienne de la City.

Cette première collection est sans doute de celles qui parlent davantage aux distributeurs qu'aux fashionistas : mais, dans le cas présent, c'est tant mieux. Les acheteurs des plus importants grands magasins de Londres, de New York ou du Texas se pressaient au premier rang du défilé, de même que l'équipe de l'Eclaireur (et il n'y a pas beaucoup de vendeurs aussi calés qu'Armand Hadida, fondateur de cette chaîne parisienne très cool).

Le défilé a frappé fort dès le début : Arizona Muse en robe blanche asymétrique composée de plusieurs pans de tissus assemblés avec des strass Swarovski. Les créateurs en ont mis plein les yeux avec quelques très belles parkas et des trenchs en organza de soie et cuir métallisé, avec des broderies au point de chaînette en guise de finition. Ils ont aussi montré de merveilleuses combinaisons pleines de fraîcheur. Ajoutez quelques tailleurs sensationnels couverts de feuilles d'argent, avec des jupes aux fentes insolentes, et une épatante robe de soirée couleur or bruni, parachevée par des plumes noires. Leurs couleurs préférées (ce qui semble logique vu le lieu choisi) étaient l'or et l'argent. Les tenues de soirée semblaient un poil déjà vues et ont besoin de se distinguer davantage de leur travail en haute couture, mais dans l'ensemble, le défilé était très abouti. Avec un décor tout blanc et la chorégraphie étudiée des mannequins pour le final, cela rappelait les derniers défilés de Valentino Garavani. Une comparaison plutôt flatteuse, n'est-ce pas ?

Londres est pleine de créateurs d'avant-garde un peu bizarroïdes qui espèrent devenir la nouvelle révélation du monde de la mode, mais Tamara Ralph et Michael Russo, eux, préfèreraient nettement créer une marque classieuse et habiller des tas de dames riches. Ils visent désormais la bourgeoisie cultivée et ce défilé était un premier pas très réussi dans cette direction.

Le duo formé par Tamara Ralph et Michael Russo a fondé la marque en 2007 et tranquillement développé une griffe pleine d'assurance. Ils ont même piqué une recette à Coco Chanel, avec leur nouveau logo pour le prêt-à-porter. Un double R et esperluette entremêlés, visible sur les luminaires en métal tout blanc du décor de leur défilé : ce qui rappelle les C entremêlés de Chanel, mais aussi le W du Duc de Westminster qui figure sur les lampadaires présents dans tout le centre de Londres. Quand on dit qu'ils sont plein d'assurance...

Traduit par Marguerite Capelle

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - DiversLuxe - DiversDéfilés