Luxe : la Russie retrouve son attractivité

Bonne nouvelle pour le marché du luxe : la Russie se réveille !  Après des années sombres marquées par les sanctions européennes liées à l'invasion de la Crimée, la baisse des prix du pétrole et l’effondrement du rouble, une éclaircie s’annonce avec le retour de la confiance des consommateurs, la baisse du chômage et la reprise du secteur immobilier. Un changement qui devrait avoir des effets positifs pour l’industrie du luxe, selon une étude réalisée par ContactLab et Exane BNP Paribas.

La Russie redevient attractive pour les marques de luxe - DR

Les consommateurs russes ont fortement participé à la croissance du marché du luxe au cours des années 90, représentant plus de 6 % des dépenses mondiales en biens de luxe. Une contribution, qui s’est radicalement réduite ces trois dernières années.

Une reprise de la consommation de la part des Russes semble désormais se concrétiser et pourrait soutenir les perspectives du luxe en 2017, estiment les auteurs de l’étude qui tablent sur une croissance supplémentaire de 0,5% sur les ventes totales du luxe et même de 1%, dans le cas d’un meilleur scénario.

Après une année 2015 difficile, les ventes de biens de luxe dans le pays ont augmenté de 5% en 2016 et le marché est maintenant évalué à 3,5 milliards d'euros, représentant 1,4 % du chiffre d'affaires du luxe dans le monde. Détail intéressant, les consommateurs de luxe russes dépensent en moyenne 60 % de plus par rapport aux autres clients mondiaux.

Parmi les griffes qui bénéficieraient les premières de ce retour en grâce : Brunello  Cucinelli, Swatch, Prada, Ulysse Nardin, Breguet, Zenith, Van Cleef & Arpels et Loro Piana, fortement présentes sur ce marché. De nombreuses maisons italiennes, telles qu’Ermenegildo Zegna, Valentino et Dolce & Gabbana, sont actives depuis très longtemps en Russie. Et la péninsule transalpine a toujours attiré, plus que les autres pays européens, la riche clientèle russe.

L'Italie a toujours attiré plus de riches clients russes que ses voisins - GlobalBlue ContactLab Exane Paribas

Malgré ce potentiel de croissance, la plupart des griffes ne disposent pas d’une offre adaptée aux besoins locaux. L’étude analyse notamment la portée stratégique en Russie de 32 marques en termes de boutiques, d’image et de présence digitale. Burberry arrive en tête du classement, suivie par Balenciaga, Valentino, Armani et Moncler.

Alors que certaines marques proposent des sites spécifiquement russes comme Tiffany ou Fendi, qui vient de le lancer, elles sont plusieurs comme Valentino, Hermès, Chanel, Prada ou Zegna à se contenter de leurs sites internationaux.

Si elles veulent attirer l'élite russe, les maisons doivent être capables d'offrir aux consommateurs un service en ligne irréprochable, y compris dans leur langue, en valorisant cette clientèle, conclut le rapport.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

LuxeDistributionBusiness