Maison Lurex : quand le filateur lance sa propre marque

Lurex passe de l'autre côté de la barrière. Le célèbre fil métallique inventé dans les années 1940 va désormais se décliner lui-même d'un bout à l'autre de la chaîne avec le lancement d'une première marque de produits finis. La société Sildorex, propriétaire de Lurex depuis les années 1970, s'apprête en effet à lancer une griffe et une boutique dédiée à Paris sous le nom « Maison Lurex ».

Sac, top et bijoux - Maison Lurex

C'est le 1er octobre prochain que ce point de vente ouvrira ses portes dans le Marais, au 54 de la rue des Francs-Bourgeois. Une surface de soixante mètres carrés qui illustre la volonté de rayonnement international et haut de gamme du filateur. « Nous avons un savoir-faire très particulier, nous voyons parfois des possibilités que d'autres ne voient pas... Nous pensons pouvoir vraiment apporter une nouvelle approche du produit », explique Bertrand Hogg, l'un des frères héritiers de la société.

Naturellement, la brillance est le fil conducteur de la première collection Maison Lurex, composée de près de 500 références pour le lancement. La gamme se décline de l'accessoire au prêt-à-porter, en passant par la maison. Le bijou y tient notamment une place centrale, car il est à la genèse du projet. « L'idée est née alors que nous étions contactés par un client italien de l'univers de la bijouterie. Il cherchait une alternative aux métaux et songeait au textile », explique Bertrand Hogg. « Nous nous sommes alors mis à envisager de concevoir nos propres bijoux... » témoigne-t-il.

A cela ce sont ajoutés des sacs, des écharpes, des ceintures, mais aussi des bougies et autres pièces de petite décoration, ainsi qu'une ligne d'essentiels mode pour la femme. Des t-shirts, tops, débardeurs qui présentent différents degrés de brillance et ont en commun de vouloir prouver que Lurex et douceur ne sont pas antinomiques.

Car il y a une volonté pédagogique derrière la naissance de Maison Lurex. « Si le terme a bien une notoriété, il est souvent galvaudé », explique Hélène Lafourcade, de l'agence Good to Know, chargée du projet de création de la marque. « Nous voulons parler de l'histoire du fil, le vrai, mais pour cela il faut rester accessible au grand public », ajoute-t-elle. Côté prix donc, les premiers bijoux seront vendus autour d'une trentaine d'euros, les sacs environ 200 euros, jusqu'à 350 euros pour une ligne de châles cachemire-lurex très haut de gamme.

Des petites productions réalisées par ceux qui étaient jusque-là des clients français, italiens et indiens du filateur, et deviennent pour ce projet ses fournisseurs. « C'est intéressant ce nouveau rapport... C'est aussi inspirant de voir ce qu'ont réussi des gens comme Swarovski, aujourd'hui considérés par le grand public comme une véritable marque globale et un spécialiste du bijou fini », estime Bertrand Hogg. Une démarche qui fait également écho au lancement prochain de la marque Matières Françaises par le groupe textile Velcorex, mais aussi à un travail précédent d'Hélène Lafourcade pour Lycra et le lancement d'une marque propre de lingerie sur le marché asiatique.

Pour son démarrage, Maison Lurex ne comptera pas seulement sur sa boutique, puisqu'un site marchand sera lancé également. Un nouveau métier pour la société Sildorex, dont elle espère qu'il lui permettra d'accentuer encore son rayonnement en France et à l'international.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresTextileMode - DiversArt de vivreIndustrieBusiness