Marks & Spencer va fermer des dizaines de magasins au Royaume-Uni

Marks & Spencer s'apprête à fermer des dizaines de magasins au Royaume-Uni, dans un contexte difficile pour la distribution confrontée à la montée du commerce en ligne et à des consommateurs économes, rapporte la presse britannique.


Vers la fermeture de dizaines de magasins Marks & Spencer au Royaume-Uni - M&S

L'enseigne britannique va fermer une centaine de grands magasins vendant nourriture et vêtements, en raison d'un chiffre d'affaires et d'un profit en baisse, avance le quotidien The Guardian lundi. Selon le Sunday Times, M&S fermerait 40 magasins.

Le groupe possède un millier de magasins au Royaume-Uni, dont quelque 300 grands magasins proposant de l'alimentation, des vêtements et des produits d'équipements domestiques et près de 700 points de vente exclusivement alimentaires.

Les investisseurs s'attendent à ce que le groupe, qui publiera ses résultats annuels mercredi, annonce une baisse de ses bénéfices avant impôt - prévus à 573 millions de livres par les analystes sondés par Bloomberg contre 614 millions lors de l'exercice précédent.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole du groupe a refusé de commenter les informations de presse. « Nous avons été clairs sur les projets de M&S d'accélérer notre programme de fermeture de magasins et sur les mesures que nous devons prendre pour bâtir une entreprise avec une croissance durable et rentable », a-t-il cependant souligné.

En novembre 2017, le directeur général du groupe, Steve Rowe, avait annoncé « faire face à de forts vents contraires dans l'alimentaire, auxquels nous allons nous attaquer dans l'année à venir ». « Le groupe doit toujours s'attaquer à beaucoup de questions structurelles (...) dans le contexte d'un environnement très difficile en matière de consommation et de vente au détail », avait-il ajouté.

L'alimentaire avait porté M&S ces dernières années, tandis que le groupe rencontrait des difficultés dans sa branche habillement/produits domestiques.

La distribution britannique connaît une série noire ces dernières semaines et derniers mois, avec la faillite du spécialiste des vêtements Calvetron, de la branche britannique des magasins de jouets Toys'R'Us, des boutiques de produits électroniques Maplin et des fabricants de lits Warren Evans, entraînant la destruction de milliers d'emplois.

Les restructurations se sont aussi multipliées depuis le début de l'année, chez l'enseigne de vêtement New Look, le marchand de tapis Carpetright, les magasins de maxidiscompte Poundworld ou encore le distributeur de vêtement infantile Mothercare.

Outre la concurrence des vendeurs en ligne, les professionnels du commerce physique pointent la cherté des loyers et la prudence des consommateurs, dont les revenus ont souffert l'an passé d'une montée de l'inflation liée à la dépréciation de la livre sterling après la décision des Britanniques de voter pour le Brexit.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - ChaussuresSportDenimLingerieBalnèaireLunettesMariageMode - DiversDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER