Maroquinerie : la Fédération française fête ses 80 ans

Le 14 juin, la Fédération française de la maroquinerie (FFM) fêtait ses 80 ans d'existence. L'occasion pour son président Arnaud Haefelin de rappeler l'importance d'une filière exportatrice qui a tardé à se faire entendre auprès des élus.

Lyne Cohen-Solal, présidente de l’Institut National des Métiers d’Art, s'est exprimé pour l'occasion - Annabelle Azadé/FNW

"On a que des mots pour les start-up technologiques, mais nos entreprises aussi innovent tous les jours", a insisté le responsable devant les dirigeants de la filière Cuir réunis pour l'occasion à l'Atelier de France. "L'innovation est au coeur de nos métiers. Nous avons créé 2000 emplois depuis 2011. Et la maroquinerie est la quatrième industrie exportatrice de France avec 6 milliards d'euros. Avant 2015, la maroquinerie était très en retrait au niveau politique. Désormais, nous voulons porter la voix auprès des instances françaises et européennes".

Une volonté qui s'est traduite il y a quelques semaines avec la naissance d'ELGA (European Alliance for the Leather Goods Indutry). Celles-ci réunissant les fédérations professionnelles française (FFM), italienne (AIMPES), espagnole (ASEFMA) et britannique (BTAA) de la maroquinerie. Une nouvelle structure reprenant les trois missions identifiées par la filière tricolore : transmettre les savoir-faire, garantir l'authenticité des cuirs, et valoriser des métiers d'art.

Pour Arnaud Haefelin, l'un des défis majeurs des prochains mois sera d'établir une définition européenne commune du cuir. "Car il y a aujourd'hui une forte distorsion de concurrence avec les acteurs européens et extra-européens", déplore le président. "Le projet est de réunir tout ce qu'il y a de plus éminent dans le secteur pour définir, une bonne fois pour toute, ce qu'est le cuir". Une matière s'est notamment vu dernièrement accolé le terme vegan. Non sans agacer les professionnels des peaux, comme nous le rapportions (lire notre article "Le cuir vegan n'existe pas").

La filière française de la maroquinerie repose aujourd'hui sur 459 entreprises rassemblant 13 000 artisans et 20 000  salariés. L'Hexagone étant le troisième exportateurs de maroquinerie. "Nos entreprises sont des structures artisanales ayant des problèmes de multinationales", résume le président de la FFM.

Selon les chiffres du Conseil National du Cuir, les exportations de maroquinerie étaient en 2016 à 55 % composées de sacs à main, contre 20 % de maroquinerie et 9 % d'articles de voyage. Des exportations qui ont progressé de 8 % à destination de l'Union européenne et de 9 % pour le reste du monde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - ChaussuresTextileLuxe - AccessoiresLuxe - ChaussuresIndustrie