Michael Kors : la Polynésie française sous le pont de Brooklyn

« Je veux plus d’optimisme dans la mode, voir la vie de façon plus positive. Une utopie globale, voilà ce que je souhaiterais », a déclaré Michael Kors au sujet de cette collection enjouée, éblouissante et ultra-colorée, présentée mercredi pour la dernière journée des défilés new-yorkais. Avec ses imprimés floraux picturaux et ses motifs aquatiques dans une palette de turquoise, kaki et citron vert, difficile d’imaginer collection plus optimiste que ce choix de pièces présentées pour le printemps-été 2019.
 

Voir le défilé
Michael Kors - printemps-été 2019 - Womenswear - New York - © PixelFormula

Des robes en mousseline qui semblent faites pour flotter au vent, coupées en superpositions fines et soyeuses, et finies avec des tas de volants. De délicats petits tailleurs blancs en broderie anglaise, associés à des mini-shorts et portés sur des chaussures plateforme en raphia peintes à la main, avec des sacs ornés d’appliques et de découpes. Ou encore d’énormes pantalons-jupes en imprimés floraux mélangés.

Une collection conçue pour la voyageuse active d’aujourd’hui, avec un message clé : décontracter les tenues de soirée et glamouriser les vêtements de tous les jours. Comme par exemple avec ces jeans rebordés à la main ou ces robes du soir portées avec des tongs : même les slippers de Michael Kors étaient surmontées de coquillages dorés.


Michael Kors Printemps-été 2019 - Prêt-à-porter féminin - New York - PixelFormula

Beaucoup de pièces peintes à la main, comme ces sweatshirts ornés d’images bucoliques de surfeurs beaux gosses et de jardins exotiques. Michael Kors a travaillé avec l’artiste australienne Christina Zimpel, qui a créé ces images paradisiaque de la Côte d’Azur ou de Papeete.

« Tous les gens rêvent de bleu turquoise, d’eau, de soleil et de romance, surtout dans le monde compliqué dans lequel nous vivons aujourd’hui. Si j’avais pu, j’aurais présenté cette collection en Polynésie française, mais au lieu de cela, nous voilà à New York », plaisantait le créateur.

Michael Kors a choisi un merveilleux décor, une jetée brute avec des fenêtres immenses qui donnent sur le Brooklyn Bridge, malheureusement enveloppé de brume alors que New York connaît son mois de septembre le plus humide depuis des lustres.


Michael Kors Printemps-été 2019 - Prêt-à-porter féminin - New York - PixelFormula

Le créateur a fondé son empire de la mode sur les sacs à main. Et aujourd’hui, pour sa principale collection signature, il proposait des sacs en peau de serpent peints à la main ou des cabas élégants dans des teintes verdoyantes, avec une légende : « Mr. K Beach Club St Tropez » (« ce qui ne veut pas dire que je me lance dans le business des boîtes de nuit ! » précise-t-il).

Le casting était extrêmement divers, des supers tops comme Bella et Gigi Hadid à une très belle nouvelle star, déjà surnommée la nouvelle Mia Farrow : Lucan Gillespie, une Britannique avec des cheveux blonds coupés courts.

La top grande taille Ashley Graham a également fait une apparition en défilant dans une robe en mousseline de soie fleurie, savourant manifestement ce passage sur le podium. À vrai dire, elle est partout en ce moment : elle a fait l’objet d’une interview très flatteuse dans la dernière édition du dimanche du New York Times et elle interviewe Michael Kors dans une vidéo diffusée dans les taxis jaunes new-yorkais. Tandis qu’en France, elle apparaîtra sur la prochaine couverture du magazine mensuel L'Officiel, qui sort le 24 septembre.

« La mode a adopté la diversité et nous nous devons le montrer au monde », soulignait Michael Kors.

Traduit par Marguerite Capelle

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER