MiniMe Paris : l’atelier où fleurissent les contes de fées

Elle s'est inspirée des héroïnes de contes de fée, et est désormais l’héroïne de sa propre aventure. Formée à l’Ecole de la Chambre syndicale de la couture parisienne, puis passée notamment par les métiers d’Art de Chanel, la jeune Marie Marquet a fait de son univers créatif bouillonnant une véritable mini-maison à Paris, avec un premier atelier de confection de chapeaux lancé il y a trois ans, suivi d'un second dédié au prêt-à-porter.


Collection automne-hiver 2017 - MiniMe Paris
 
Baptisée MiniMe Paris, la griffe est née dans des circonstances particulières que raconte sa créatrice : « J’avais pu faire un portfolio avec mon univers créatif grâce au concours Speos, et en le voyant Sylvie Pourrat m’a proposé un stand sur le salon Première Classe (qu’elle dirige, ndlr). Je n’avais même pas encore créé de marque réellement, précise Marie Marquet. J’ai dû le faire pour pouvoir exposer. Dès ma première participation, j’ai reçu des commandes pour mes accessoires de tête, un vrai succès notamment au Japon ! ». La marque démarre dès lors la vente de ses serre-têtes "à frange" ou ses chapeaux dans un packaging bien à elle, qu’elle n’a plus quitté depuis : des boîtes comme des couvertures de contes merveilleux.
 
Désormais étendu au prêt-à-porter, son univers tellement régressif qu'il en serait presque provocant parfois fait mouche et détonne dans le paysage mode parisien, tout en reprenant le savoir-faire des grandes maisons de luxe. Ils sont désormais une quinzaine à réaliser au studio les collections pensées par Marie Marquet et distribuées dans une quarantaine de points de vente dans le monde, ainsi que sur l’e-shop de la griffe. Une organisation qui se renforce puisque pour la première fois, MiniMe Paris a présenté une pré-collection pour le printemps 2018, sur le dernier salon Tranoï Preview en juin.


Pré-collection printemps-été 2018 - MiniMe Paris
 
La griffe a également signé plusieurs collaborations ces derniers mois, avec des marques comme Emoji, Barbie, et récemment Disneyland Paris pour les 25 ans du parc d’attraction. Un luxe aux références populaires qui propose à la fois des produits plus accessibles, comme des accessoires dès 150 euros, jusqu’à des pièces presque uniques avec un travail de recherche textile poussé, estimées à environ 2 000 euros. Invitée du showroom Designers Apartment, la mini-maison de Marie Marquet tient également farouchement à ses imprimés, reflets de sa personnalité, développés en exclusivité avec le fournisseur Malhia Kent.

Une aventure auto-financée depuis son lancement, « une rareté vu notre modèle avec nos ateliers intégrés ! Même si ce n'est pas toujours évident...», concède la créatrice. Mais cette férue de contes et fables ne manque pas d'imagination pour séduire de nouveaux points de vente, en Asie surtout, mais aussi désormais en France, en Italie, en Espagne et en Russie. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresLuxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresCréation