New York : retour sur une Fashion Week masculine en demi-teinte

La cinquième Fashion Week Homme de New York (NYFW: Men's) s'est achevée ce jeudi 13 juillet. Une édition réussie malgré les obstacles représentés par la perte de créateurs renommés et de sponsors comme Amazon.

John Elliott et John Varvatos, grands noms de la NYFW: Men's depuis sa création, manquaient à l'appel - mais leur départ a permis à des créateurs émergents de se faire un nom et de garder sur eux la lumière des projecteurs.


Christopher Bevans, créateur pour Dyne, a présenté une collection plutôt sportswear pour le printemps 2018, à la Cadillac House, pendant la NYFW: Men's - Obi Anyanwu

De nombreuses marques du calendrier officiel célébraient des anniversaires, des succès ou des tournants majeurs, ou lançaient pour l'occasion de nouvelles lignes. Le créateur Teddy Ondo Ella a présenté sa marque éponyme lundi après-midi; le lendemain, c'était au tour de Robert Geller de lancer sa nouvelle ligne, Gustav von Aschenbach, à l'occasion du dixième anniversaire de sa propre marque. 

Moment important pour la carrière de ces jeunes designers, les finalistes du Woolmark US Prize 2017-18, Palmiers du Mal, Dyne, Death to Tennis, Kenneth Ning et N-p-Elliott, ont tous eu l'opportunité de faire défiler leurs collections. De même que le finaliste du CFDA/Vogue Fashion Fund 2016, Rochambeau, qui a même pu clore la saison des défilés pour la première fois.
 
Les créateurs émergents ou plus établis sur la scène mode new-yorkaise ont dû partager la vedette avec Todd Snyder et Raf Simons; ce dernier a fait son grand retour à la Fashion Week de New York en présentant la collection printemps 2018 de sa propre marque. Le défilé a eu lieu mardi 11 juillet au soir devant une foule composée des acheteurs les plus influents des États-Unis, pour le compte notamment de Bergdorf Goodman, Barneys ou Saks. On y a aussi vu des célébrités comme Jake Gyllenhaal, Julianne Moore, A$AP Rocky et Ashton Sanders, des créateurs comme Marc Jacobs ou Laurence Chandleur (Rochambeau) - qui nous a confirmé par e-mail sa grande admiration pour le défilé, après avoir assisté aux deux présentations de Raf Simons à New York. 
 
Le public du défilé Ovadia & Sons était lui aussi prestigieux : le premier rang était occupé par le basketteur de NBA Serge Ibaka, l'ancien receveur des New York Giants Victor Cruz, le DJ Major Lazer, le producteur Jillionaire, les rappeurs Fabolous et Mack Wilds, le mannequin Sean O'Pry et les ambassadeurs de la NYFW: Men's, le basketteur Kelly Oubre, de l'équipe des Washington Wizards, présente en NBA, et le rappeur Young Paris.

Pour finir, Rochambeau a organisé une fête pour clôturer la Fashion Week, en collaboration avec l'artiste Yung Jake, qui a proposé une installation et une collection capsule. Les rappeurs Smokepurrp, Smokey MarGielaa et SquidNice ont donné un concert sur l'installation.

Le rappeur Mack Wilds a terminé le défilé printemps 2018 d'EFM Engineered for Motion par un concert - Obi Anyanwu

Ces mondanités n'étaient toutefois réservées qu'à ces quelques défilés; le reste des présentations de collections programmées dans le calendrier officiel n'avaient pour public que les professionnels de l'industrie de la mode, mettant en évidence le manque d'enthousiasme dont beaucoup font le reproche à la Fashion Week Homme de New York. Quelques invités ont même exprimé leur déception face au manque de sponsors et à la faible affluence, en faisant la comparaison avec les défilés féminins du passé, en particulier au Lincoln Center, extrêmement fréquentés. 

Les collections elles-mêmes sont unanimement tenues pour responsables de ce désintérêt : lors des précédentes éditions, les marques présentaient des silhouettes simples et commerciales, prêtes à être vendues, produisant une sensation d'ennui lors des défilés. Cette saison néanmoins, un pas a été fait dans la bonne direction - la plupart des marques programmées au calendrier officiel ont présenté des collections novatrices, créées autour de concepts clairs. Les costumes étaient à l'honneur chez Nick Graham, qui a présenté une collection colorée sur un thème nautique, et au défilé d'EFM Engineered for Motion, qui poursuit le développement de son univers, à la fois tailleur et dynamique.
 
Tandis que ces deux marques ont opté pour des costumes traditionnels, Kenneth Ning et Luar, qui ont défilé à la Fashion Week new-yorkaise pour la première fois cette saison, ont pour leur part choisi de déconstruire le tailleur pour créer de nouvelles formes. Kenneth Ning a réinterprété des blazers et des chemises pour aboutir à de nouvelles vestes, mélangeant même ces deux formes pour proposer un nouveau costume blazer; Luar, quant à lui, a dessiné des robes inspirées de costumes et manteaux masculins traditionnels.

Sanchez-Kane, une marque elle aussi programmée pour la première fois sur le calendrier officiel, a redonné sens au terme avant-garde, avec une collection émouvante inspirée du journal intime de sa directrice artistique, Barbara Sanchez-Kane. Le premier look du défilé présentait un blazer à double boutonnage bleu ciel, à double revers, avec des noeuds aux poignets; il était suivi d'une série de silhouettes androgynes, comprenant des blazers déstructurés et des hauts à moitié achevés. 

Fait remarquable, Barbara Sanchez-Kane fait partie des nombreuses créatrices à avoir présenté leurs collections pendant la Fashion Week Homme, de même que Feng Chen Wang et C2H4 Los Angeles, ces deux dernières étant toutes les deux nouvelles sur le calendrier officiel, aux côtés de Deveaux et Bode.
 

Lura a présenté sa collection printemps 2018 le 13 juillet à la Cadillac House - Obi Anyanwu

Le streetwear était presque exclusivement cantonné au dernier jour. Yixi Chen, la créatrice de C2H4 Los Angeles, a imaginé un vestiaire de laborantin du futur pour sa collection du printemps 2018 et le résultat ressemblait à un mélange de vêtements de sport et de travail. Quelques heures plus tôt, les frères George et Mike Heaton avaient présenté pour leur marque Represent une collection composée de sweats à capuche, de shorts, de pulls très amples et de parkas, inspirée des affiches de propagande de Winston Churchill pendant la Seconde Guerre Mondiale. 

Cette édition de la NYFW: Men's a prouvé que les créateurs de mode masculine américains évoluent dans la bonne direction. Si cette semaine n'était évaluée qu'à l'aune des collections présentées, elle serait couronnée de succès - mais l'excitation et la frénésie qui accompagnent habituellement les Fashion Weeks manquaient à l'ensemble - et ne peuvent être provoquées par le choix de quelques ambassadeurs. 

La NYFW: Men's avait pourtant le potentiel pour atteindre le niveau des autres semaines de la mode, mais a dû faire face au départ de plusieurs créateurs, parmi d'autres raisons. Il reste que la Fashion Week Homme de New York continue de progresser malgré les obstacles.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés